10e session du Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (30 novembre au 4 décembre 2015)

La France a ratifié en 2006 la convention de l’UNESCO du 17 octobre 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (PCI). Le patrimoine culturel immatériel c’est l’ensemble des pratiques, expressions ou représentations qu’une communauté humaine reconnaît comme faisant partie de son patrimoine dans la mesure où celles-ci lui procurent un sentiment de continuité et d’identité. Ces pratiques concernent principalement, mais de manière non exclusive, les traditions orales, musicales ou chorégraphiques, les langues en tant que supports de ces traditions, les jeux et sports traditionnels, les manifestations festives, les savoir-faire artisanaux, les savoirs et savoir-faire liés à la connaissance de la nature ou de l’univers.

L’implication des personnes ou groupes porteurs d’un patrimoine culturel immatériel est la condition première de la sauvegarde de ce patrimoine, conformément aux objectifs de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.

Du 30 novembre au 4 décembre 2015 s’est tenue la dixième session du Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel à Windhoek, en Namibie.

Ce Comité, qui se réunit tous les ans, est composé de 24 États parties à la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de 2003.

Outre l’examen des rapports des États parties et des ONG sur leur mise en œuvre de la Convention, cette session du Comité a permis en particulier d’examiner 35 candidatures à la liste représentative et 8 candidatures pour la liste nécessitant une sauvegarde urgente.

1. Les inscriptions sur la liste du patrimoine immatériel nécessitant une sauvegarde urgente

La liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente est établie en vue de prendre les mesures de sauvegarde appropriées pour la protection d’un élément en danger. Sur les 8 candidatures présentées, les 5 éléments suivants ont été inscrits sur la liste :

• la musique traditionnelle vallenato de la région du Magdalena Grande ( Colombie)
• le rituel pour amadouer les chamelles ( Mongolie),
• la fabrication des sonnailles, un instrument de percussion traditionnel utilisé par les bergers pour gérer le bétail (Portugal)
• le glasoechko, un chant d’hommes à deux voix (Ex-République yougoslave de Macédoine)
• la tradition orale Koogere des Basongora, Banyabidi et Batooro ( Ouganda).

2. Les nouvelles inscriptions sur la Liste représentative :

Pour assurer une meilleure visibilité du patrimoine culturel immatériel, faire prendre davantage conscience de son importance et favoriser le dialogue dans le respect de la diversité culturelle, une liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité a été créée. Aux 364 éléments déjà inscrits, dont 13 concernant la France, le Comité a ajouté cette année 23 nouveaux éléments :

• Les fêtes du feu du solstice d’été dans les Pyrénées, porté par l’Andorre avec la France et l’Espagne a été inscrit à l’unanimité. Le Comité a souligné l’association exemplaire des 3 pays soumissionnaires.
• Alardah Alnajdiyah, danse, tambours et poésie (Arabie saoudite)
• L’aitysh/aitys, art de l’improvisation (Kazakhstan – Kirghizistan)
• L’équitation classique et la Haute École de l’École d’équitation espagnole de Vienne (Autriche)
• L’Al-Razfa, un art traditionnel du spectacle. Émirats arabes unis (Oman)
• L’artisanat du cuivre de Lahidj (Azerbaïdjan)
• La culture de la cornemuse (Slovaquie)
• La danse Wititi de la vallée du Colca (Pérou)
• La tradition de la préparation du kimchi (République populaire démocratique de Corée)
• Le café arabe, un symbole de générosité (Émirats arabes unis – Arabie saoudite – Oman – Qatar)
• Le chant épique Görogly (Turkménistan)
• Le Fichee-Chambalaalla, festival du Nouvel an des Sidamas (Éthiopie)
• Le filete porteño à Buenos Aires, technique picturale traditionnelle (Argentine)
• Le Majlis, un espace culturel et social (Émirats arabes unis – Arabie saoudite – Oman – Qatar)
• Le oshituthi shomagongo, festival des fruits du marula (Namibie)
• Le savoir-faire artisanal tiniote du marbre (Grèce)
• Le sbuâ, pèlerinage annuel à la zawiya Sidi El Hadj Belkacem, Gourara (Algérie)
• Le surova, festival populaire dans la région de Pernik (Bulgarie)
• Les connaissances et technologies traditionnelles liées à la culture et à la transformation de la curagua (Venezuela)
• Les danses des garçons (Roumanie)
• Les musiques de marimba, les chants et les danses traditionnels de la région du Pacifique Sud colombien et de la province d’Esmeraldas d’Équateur (Colombie – Équateur)
• Les rituels et jeux de tir à la corde. (Cambodge – Philippines – République de Corée – Viet Nam)
• Trois genres de danse traditionnelle à Bali (Indonésie)

La prochaine réunion du Comité pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel se tiendra à Addis-Abeba en Ethiopie, du 28 novembre au 2 décembre 2016. La France y présentera la candidature du Carnaval de Grandville.

Pour en savoir plus sur le Patrimoine culturel immatériel, rendez-vous sur http://bit.ly/1Qydxe2

publié le 12/02/2016

haut de la page