16e prix L’Oréal-UNESCO pour les femmes et la science

Le 19 mars 2014 sera remis le 16e prix L’Oréal-UNESCO pour les femmes et la science à la Sorbonne, à Paris.

Le prix L’Oréal-UNESCO

Chaque année, grâce au prix L’Oréal-UNESCO, cinq femmes scientifiques émérites, une par continent, sont mises à l’honneur pour la contribution de leur travaux, la force de leur engagement et leur empreinte dans la société. Chacune d’entre elles présente un parcours exemplaire, fruit d’un talent hors du commun doublé d’un engagement et d’une audace remarquables dans un environnement encore majoritairement masculin.

Qui sont les cinq lauréates de l’année 2014 ?

  • Pour l’Europe : Professeur Brigitte Kieffer – Neurobiologie
  • Pour l’Amérique du Nord : Professeur Laurie Glimcher –Immunologie et Médecine
  • Pour l’Amérique Latine : Professeur Cecilia Bouzat - Biophysique
  • Pour l’Asie-Pacifique : Professeur Kayo Inaba – Immunologie et Médecine
  • Pour l’Afrique et les États arabes : Docteur Segenet Kelemu – Biology & Plant Pathology
Brigitte Kieffer
Laurie Glimcher
Cecilia Bouzat
Kayo Inaba
Segenet Kelemu

(Cliquez sur le diaporama pour agrandir les photos)

Parmi les lauréates 2014, une française : Brigitte Kieffer

JPEG

Brigitte Kieffer, lauréate 2014, est Professeur à l’Université de Strasbourg, Directrice de recherche à l’Institut de Génétique et de Biologie Moléculaire et Cellulaire (IGBMC) à Illkirch en France, et Directrice scientifique du Centre de Recherche de l’Institut Douglas à l’Université McGill de Montréal au Canada. Elle est récompensée pour ses travaux décisifs dans la compréhension des mécanismes du cerveau impliqués dans la douleur, les maladies mentales et la toxicomanie. En 1992, elle réussit à cloner et à caractériser le gène de l’un des récepteurs des opioïdes qui permet à des opiacés (comme la morphine ou l’héroïne) d’éliminer la douleur, ce que de nombreux laboratoires à travers le monde cherchaient à faire depuis plus de 15 ans. Elle ouvre ainsi la voie à de nouveaux traitements de la douleur, de l’addiction ou encore de la dépression.

Pour en savoir plus :

publié le 18/03/2014

haut de la page