Avec 7,4 millions de contributions volontaires, la France soutient l’éducation en priorité.

La France renforce en 2020, son soutien à l’Organisation, en versant 7,4 millions d’euros de contributions volontaires en plus de ses contributions obligatoires. L’investissement dans les programmes et projets du secteur éducation est prioritaire mais les autres secteurs ne sont pas oubliés pour autant.

Le Comité interministériel de la coopération internationale et du développement, qui s’est réuni le 8 février 2018, a décidé de porter, progressivement et d’ici trois ans, la contribution volontaire de la France à l’UNESCO à 10 millions d’euros par an.

Ainsi, la France renforce en 2020, son soutien à l’Organisation, en versant 7,4 millions d’euros de contributions volontaires en plus de ses contributions obligatoires. L’investissement dans les programmes et projets du secteur éducation est prioritaire mais les autres secteurs ne sont pas oubliés pour autant.

Les premiers bénéficiaires des fonds alloués au secteur éducation sont le bureau régional de Dakar, pour l’éducation à la sexualité, l’institut international de planification de l’éducation pour l’initiative « Priorité à l’égalité » et le bureau international de l’éducation à Genève. Cette contribution en priorité à l’éducation est d’autant plus significative dans un contexte de rentrée perturbée par la crise sanitaire. Un tiers des élèves manquent sur les bancs de l’école dans le monde dont 11 millions de petites filles qui risquent de ne pas retourner à l’école en 2020.

En 2019, l’initiative « Son éducation, notre avenir », lancée à l’UNESCO en présence du Président de la République, visait déjà à accélérer les progrès en matière d’éducation des filles et des femmes. Ces efforts méritent d’être poursuivis. Œuvrer en faveur des élèves vulnérables demeure essentiel.

Les programmes des secteurs culture, science et communication bénéficieront aussi de cette contribution, améliorant ainsi le rayonnement culturel français. Les programmes de l’UNESCO, concernés par la contribution française, sont : la protection du patrimoine mondial naturel et culturel, la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, le programme international pour le développement de la communication et le programme de gestion des transformations sociales.

publié le 28/09/2020

haut de la page