Bourgogne : "Les Climats du Vignoble de Bourgogne"

Candidats à l’inscription sur la Liste du Patrimoine mondial au titre de site culturel

"En Bourgogne, quand on parle d’un Climat, on ne lève pas les yeux au ciel, on les baisse sur la terre." Bernard Pivot, écrivain, Président du comité de soutien

Bernard Pivot - JPEG

PRÉSERVER

Il n’y a pas de « Climats » ailleurs qu’en Bourgogne !

Climats de Bourgogne - JPEG

En Bourgogne, depuis le 16e siècle, le terme de « Climat » désigne des parcelles de vignes que les hommes ont très précisément délimitées et nommées au fil d’une longue histoire commencée il y a deux mille ans. Le terme Climats est la traduction bourguignonne du mot terroir.

Sur les 60 kilomètres du mince ruban de vignes qui court de Dijon au sud de Beaune, les Climats forment une mosaïque de crus uniques où défilent les noms les plus illustres : Chambertin, Romanée-Conti, Clos de Vougeot, Montrachet, Corton, Musigny

Issu du travail séculaire des hommes, ce parcellaire s’inscrit dans une histoire façonnée par les institutions politiques et religieuses qui ont, depuis le VIème siècle, formulé des édits règlementaires de protection du vignoble : ordres religieux d’abord, pouvoir politique ducal puis bourgeoisie ensuite, négociants et vignerons indépendants enfin, ont contribué à la construction exemplaire de ce territoire unique.

C’est ainsi que le palais ducal de Dijon, les Hospices de Beaune, l’ancien parlement de Bourgogne et le Château du Clos Vougeot matérialisent l’émergence d’un site culturel et historique exceptionnel  : celui des Climats du vignoble de Bourgogne.

Les Climats du Vignoble de Bourgogne constituent le modèle le plus abouti au monde de la viticulture de terroir, c’est-à-dire de la localisation territoriale fine d’une production agricole d’excellence. Le vin issu de chacun des Climats est ainsi très précisément relié au lieu sur lequel il est produit.

Le territoire des Climats du vignoble de Bourgogne représente :

  • Un site culturel unique, façonné par l’homme depuis 2000 ans
  • Un patrimoine bâti exceptionnel, lié à la culture de la vigne
  • Un modèle de viticulture de terroir qui rayonne dans le monde entier

PÉRENNISER

Les Climats du Vignoble de Bourgogne sont proposés à l’inscription sur la Liste du Patrimoine mondial au titre des sites entendus comme « œuvre conjuguées de l’homme et de la nature, ainsi que les zones y compris archéologiques qui ont une Valeur Universelle Exceptionnelle du point de vue historique, esthétique ou anthropologique ». Article 1, paragraphe 3 de la Convention du Patrimoine mondial

Paysage de Bourgogne - JPEG

L’inscription est proposée au titre des critères III et V

  • Critère III : un témoignage exceptionnel sur une tradition culturelle vivante

Le géo-système des parcelles qui forment les Climats est, avec les villes historiques de Dijon et de Beaune et les villages du vignoble, un exemple remarquable d’un site viticole dont l’activité repose sur la transmission, depuis près de deux millénaire, de pratiques de vinification élaborées et affinées par des générations de vignerons. Ces pratiques définissent la spécificité et l’authenticité du site culturel des Climats.
L’accumulation de référentiels scientifiques (cartographie) et techniques (vinification) sur les savoir-faire de la culture de la vigne, sur une dizaine de siècles, a permis la hiérarchisation progressive des lieux et des vins (appellations régionales, village, premier cru, grand cru), dont la forme aboutie a servi à la création, en 1936, des appellations d’origine contrôlée (AOC).

  • Critère V : un exemple éminent d’établissement humain traditionnel, de l’utilisation traditionnelle du territoire représentatif d’une culture ou de l’interaction humaine avec l’environnement

Le vignoble de Bourgogne résulte d’un fait culturel unique au monde : une communauté humaine a choisi la référence au lieu (le climat) et au temps (le millésime) comme marqueurs de l’excellence et de la diversité d’un produit résultant de l’œuvre conjuguée de l’homme et de la nature.
Les hommes ont inscrit dans ce parcellaire minutieux un grand nombre de lieux-dits clairement lisibles dans le paysage et dont la délimitation est encore matérialisée par des chemins, des murets et des clos. La construction des Climats est exemplaire et représentative de l’inscription dans le sol de l’histoire des hommes, créatrice de diversité voulue, maintenue et perpétuée.

  • La Valeur Universelle Exceptionnelle des Climats

Véritable modèle de production viticole imité dans d’autres parties du monde, le site des Climats du vignoble de Bourgogne est issu du travail séculaire des hommes qui ont construit, sur un talus de 60 kilomètres (cohérence 1ere page) de long et à peine 1 kilomètre de large, un parcellaire minutieux. Ils y ont inscrit un grand nombre de lieux-dits clairement lisibles dans le paysage et dont la délimitation est encore matérialisée par des chemins, des murets et des clos.

Nulle part ailleurs comme en Bourgogne la volonté d’identifier un cru par son terroir d’origine n’a été autant poussée à l’extrême. Chaque Climat (il y en a plus d’un millier) possède son histoire, son goût, sa place dans la hiérarchie des crus, tels que le génie vigneron, allié à un milieu physique exceptionnel, les a lentement construits sur deux millénaires.

Il en a résulté un vignoble parcellisé, des méthodes de vinification, un paysage, une économie, une culture spécifiques.

La construction historique du parcellaire des Climats est intimement liée à la fondation puis à l’expansion des abbayes bourguignonnes de Cluny (fondée en 910) et de Cîteaux (fondée en 1098), mais également aux puissants ducs Valois de Bourgogne, établis à Dijon.

Les Climats ont été reconnus et consacrés au cours des siècles par l’usage et ordonnés selon une hiérarchie qu’en 1936 les décrets d’application d’origine contrôlée ont fixée, réglementée et protégée.

Ainsi préservés dans leur diversité, les Climats du vignoble de Bourgogne témoignent d’une construction culturelle progressive inscrite dans le sol, logiquement liés au développement des villes et des villages qui se succèdent le long de la Côte et dont le patrimoine bâti constitue également une trace tangible immanente : lieux de vie et de production (cuveries, caves, habitat vigneron, cabottes) et édifices emblématiques du pouvoir politique et religieux (Palais ducal de Dijon, Hospices de Beaune, etc.). L’ensemble a produit un géo-système cohérent.

La construction des Climats, modèle des vignobles de terroir, est représentative et exemplaire de l’inscription dans le sol de l’histoire des hommes, créatrice d’identité et de diversité.

Le site des Climats constitue en soi un conservatoire unique et vivant de savoir-faire et de traditions, qu’il est essentiel de préserver à l’heure de la modernisation industrielle des pratiques viticoles et de l’uniformisation du goût.

TRANSMETTRE

Les Hospices de Beaune - JPEG

  • Une Charte pour contribuer au développement durable du territoire

53 élus, représentant l’État, les collectivités territoriales et les fédérations professionnelles, ont signé solennellement, le 8 avril 2011, la Charte territoriale des climats du vignoble de Bourgogne, au Château du Clos de Vougeot.

Élaborée au terme de trois années de coopération au sein de commissions de gestion techniques, la Charte proclame la volonté collective de tous les acteurs du territoire des Climats du vignoble de Bourgogne, de préserver la Valeur Universelle Exceptionnelle du site culturel dont ils ont la charge.

La Charte contient des engagements forts concernant notamment :
l le recensement du patrimoine architectural, urbain et paysager ;
l l’extension des protections règlementaires sur le territoire ;
l la régulation des flux touristiques de la Côte viticole de Côte-d’Or ;
l la création d’un lieu de médiation sur les Climats du vignoble de Bourgogne ;
l la mobilisation et la sensibilisation des réseaux d’acteurs économiques.

  • Une gouvernance territoriale coordonnée : Mission climats de Bourgogne

Depuis octobre 2013, la Conférence territoriale, organe de gouvernance co-présidé par les maires de Dijon et de Beaune et par le représentant des professionnels de la viticulture, assure la gestion du site. Elle met en œuvre les engagements pris dans la Charte territoriale, à travers la validation d’un plan d’action annuel. Son bras opérationnel est la Commission technique permanente. Enfin, une association citoyenne assure un travail de mobilisation, de partage et d’information.

Ensemble, la Conférence territoriale, la Commission permanente et l’Association constituent la « Mission Climats de Bourgogne ».

PARTAGER

Modèle de production et de culture commun : le terroir

Candidature des Climats du Vignoble de...->http://www.dailymotion.com/video/xqkxyf_candidature-des-climats-du-vignoble-de-bourgogne-au-patrimoine-mondial-de-l-unesco-vost_news] par r-productions

Au cours des dernières décennies, la notion de patrimoine s’est étendue pour inclure les savoir-faire et les pratiques relevant d’activités agri-culturelles et vivrières.

D’un bout à l’autre de la planète, quelles que soient les productions des économies de terroirs concernées, si les mots changent, les mêmes notions de terroir, d’identification du produit à son lieu de production, et de volonté d’en préserver la diversité s’expriment et réunissent les populations qui les exploitent, à travers les frontières. Il est essentiel que les liens historiques plus ou moins anciens qui peuvent exister entre ces économies vivrières de terroir (vin, thé, café, riz, poivre….) soient recherchés et affirmés.

L’inscription des Climats sur la Liste du Patrimoine mondial a également pour but de faire reconnaitre l’ancienneté et la valeur du modèle agri-culturel basé sur la notion de terroir. Elle contribuera à la préservation de la diversité et de la richesse des économies de terroirs dans le reste du monde.

Pour en savoir plus :
http://www.climats-bourgogne.com/fr/#/Accueil

publié le 15/04/2014

haut de la page