Candidatures françaises au patrimoine mondial de l’UNESCO 2017 : « Taputapuātea » et « Strasbourg : de la Grande-Île à la Neustadt »

En 2017, la France présentera deux candidatures à l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO : « Taputapuātea » en Polynésie française et « Strasbourg : de la Grande-Île à la Neustadt », extension du bien « Strasbourg –Grande île » déjà inscrit en 1988.

Taputapuātea

JPEG

Situé sur l’île de Ra’iatea en Polynésie française, Taputapuātea est un paysage culturel exceptionnel qui se caractérise par des vestiges archéologiques, en particulier des marae, temples à ciel ouvert fabriqués avec des pierres et coraux. Ce paysage sacré est typique de la culture Mā’ohi : il témoigne de la richesse et de la complexité des traditions de cette civilisation ainsi que du lien fondamental qui unit ce peuple et les éléments naturels de son environnement.

Strasbourg de la Grande-Île à la Neustadt

JPEG

Cette candidature est une extension du bien « Strasbourg-Grande île » inscrit en 1988 sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Elle se justifie par la cohérence urbaine de l’ensemble Grande île –Neustadt, centré autour de la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg, chef d’œuvre de l’architecture gothique. Cet ensemble correspond à un espace urbain historique unifié, devenu aujourd’hui un symbole de la réconciliation franco-allemande.

Ces deux candidatures seront examinées en 2017 par le Comité du patrimoine mondial lors de sa 41ème session.

En 2016, les candidatures de l’Œuvre architecturale de Le Corbusier et de la Chaîne des Puys-Faille de Limagne seront étudiées lors de la 40e session du Comité, à Istanbul (Turquie).

Retrouvez toutes les informations

Source : MCC

publié le 04/04/2016

haut de la page