Centenaire d’Edgar Morin

Célébration du centenaire d’Edgar Morin
UNESCO le 2 juillet 2021
Discours d’ouverture de S.E. Madame Véronique Roger-Lacan
Déléguée permanente de la France à l’UNESCO

Monsieur le Professeur, Cher Edgar Morin,
Madame la Directrice Générale de l’UNESCO,
Monsieur le Président de la Commission Nationale Française pour l’UNESCO,
Excellences,
Mesdames et Messieurs.

2021 est une année importante à l’UNESCO pour ce que nous avons tous en partage, l’humanité. Une année importante pour renforcer ce qui, dans nos éducations, célèbre cette humanité, une année importante pour saluer les progrès de la science aux fins de préserver cette humanité et une année importante pour mettre en valeur ce qui, dans nos cultures, enchante l’humanité.

Car en 2020 l’UNESCO a eu 75 ans, et nous fêterons cet anniversaire lors de la prochaine conférence générale de l’UNESCO en novembre prochain.

2021 est de surcroît cette magnifique année de célébration des 100 ans d’ Edgar Morin. C’est une immense fierté de pouvoir célébrer cet anniversaire aujourd’hui à l’UNESCO.

Je remercie à cet égard :

-  le Président de la République, Emmanuel Macron, qui a accepté de placer cette cérémonie sous son haut patronage.

-  la Directrice générale de l’UNESCO qui nous accueille et nous fera l’honneur de sa présence lors de la cérémonie d’hommage aux côtés de Madame la Maire de Paris.

-  le Ministère de l’Europe et des affaires étrangères et la Fondation Edgar Morin pour leur soutien.

-  La Commission nationale française pour l’UNESCO qui a organisé cette cérémonie.

Edgar Morin a 100 ans, l’UNESCO a 75 ans.

On eût pu croire qu’ Edgar Morin, un des sociologues, anthropologues et philosophes français les plus reconnus des XXe et XXIe siècles, se serait appliqué à mettre en œuvre, par sa pensée, l’acte constitutif de l’UNESCO.

En réalité, c’est l’UNESCO et c’est nous-mêmes, chers amis ambassadeurs des 193 Etats membres auprès de l’UNESCO, chers présidents et secrétaires généraux des commissions nationales de l’UNESCO, qui en mettant en œuvre quotidiennement l’acte constitutif de l’UNESCO, mettons en œuvre la pensée d’ Edgar Morin.

Car Edgar Morin, avec ses ouvrages sur la modernité (La Méthode), avec sa sociologie de la jeunesse (Les sept savoirs nécessaires à l’éducation du futur), avec son anthropologie de la mort (L’Homme et la mort), pour ne citer que ces aspects de son œuvre, est au cœur de l’acte constitutif de l’UNESCO qui proclame dans son préambule :

« que la grande et terrible guerre qui vient de finir a été rendue possible par le reniement de l’idéal démocratique de dignité, d’égalité et de respect de la personne humaine et par la volonté de lui substituer, en exploitant l’ignorance et le préjugé, le dogme de l’inégalité des races et des hommes ».

Car Edgar Morin, fondateur du concept de « la pensée complexe », est un citoyen du monde ou de la Terre-Patrie, ou encore du Tout-Monde d’ Edouard Glissant, comme chacun de nous.

Sa pensée complexe est un champ de réflexion multiple qui inclut autant de sujets comme l’éthique, le langage, la condition humaine, l’éducation, l’information qui sont au cœur du mandat de l’UNESCO dont l’acte constitutif déclare :

« Que les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix »

Et c’est à cela qu’ Edgar Morin s’est toujours attaché.

Dans sa volonté de rallier plutôt que de compartimenter, d’unir plutôt que de séparer et de convaincre plutôt que de classer, il est un inlassable ambassadeur de l’UNESCO.

Acquérir de la connaissance, réfléchir à la complexité dans toutes ses formes mais surtout transmettre ce savoir aux générations futures, tel est son attachement, telle est son œuvre, et nous lui en sommes reconnaissants.

Sa coopération avec l’UNESCO est vaste.

-  Il rédige, à la fin des années 1990, un ouvrage majeur, Les sept savoirs nécessaires pour l’éducation du futur à la demande du directeur général de l’UNESCO M. Federico Mayor.
-  Il publie de nombreux articles dans Le Courrier de l’UNESCO, dont « Une crise du futur » (1993), « Espérer en cherchant l’inespéré » (1995), « La Terre comme patrie » (1995), « Pour une réforme de la pensée » (1996). Un entretien par Sophie Boukhari a aussi été publié sur « Le dialogue suppose l’égalité » (2004).
-  Le premier Congrès mondial pour la pensée complexe a été organisé à l’UNESCO.

Edgar Morin, par ses combats pour l’éducation, sa lutte contre le dérèglement climatique, son plaidoyer pour la métamorphose est au cœur de la pensée universelle.

Cette pensée universelle qui promeut et protège le droit de tous et de toutes, qui qu’ils ou elles soient, où qu’ils ou elles soient, aux droits et aux libertés fondamentaux tels que définis dans la déclaration universelle des droits de l’ homme et dans les pactes internationaux relatifs aux droits civils et politiques et économiques et sociaux.

Je vous remercie./.

PDF - 500.3 ko
(PDF - 500.3 ko)

publié le 02/07/2021

haut de la page