Chantons la Francophonie à l’UNESCO

JPEGLa Journée internationale de la francophonie est célébrée à travers le monde dans les pays ayant le français en partage. Cette célébration a lieu chaque 20 mars, une date choisie en commémoration de la signature en 1970 à Niamey (Niger) du traité portant création de l’Agence de coopération culturelle et technique (ACCT), aujourd’hui Organisation internationale de la francophonie (OIF). L’OIF, qui compte 77 États et Gouvernements répartis sur les cinq continents, estime à 220 millions le nombre de locuteurs du français dans le monde.

Cette année à l’UNESCO, trois voix étaient invitées à chanter la Francophonie lors d’un concert qui a eu lieu le jeudi 20 mars de 18h30 à 20h30 à la Maison de l’UNESCO, 125 avenue de Suffren, Paris 7e, salle I (inscription gratuite en ligne).
Au programme :

Cybèle Castoriadis, chanteuse lyrique grecque, et Orestis Kalampalikis à la guitare

Pour la soirée du 20 mars 2014 consacrée à la francophonie, Cybèle Castoriadis et Orestis Kalampalikis ont célèbré les liens musicaux qui unissent la Grèce à la France en réinterprétant des chansons, connues ou moins connues, qui ont marquées le destin commun de leur deux pays.Tous deux originaires de Grèce, ils ont commencé leur collaboration artistique à Paris. Influencés par des styles musicaux aussi variés que le rébétiko, le jazz ou la chanson française, leur répertoire commun allie dans un joyeux mélange Serge Gainsbourg, Léonard Cohen, Noir Désir et le blues de J.B. Lenoir.

Cybèle Castoriadis - PNGCybèle Castoriadis commence ses études de chant au Conservatoire Rachmaninoff à Paris, études qu’elle perfectionnera par la suite auprès de Lucia di Carlo, Elli Paspala et Karen Nimereala. Elle suit par ailleurs des cours de théâtre au sein de l’école Thibault de Montalembert, dont elle sort en 2011. Elle donne en France et en Grèce différents concerts : œuvres de Kurt Weill, chansons françaises, ainsi qu’un programme de chansons criminelles (commande de la Bilipo pour la fête de la Musique 2012). En 2010, elle joue et chante dans Athalie de Racine à Paris et en 2011 elle joue dans ADN de Denis Kelly, au Théâtre de la Bastille. Au printemps 2012, elle monte avec Audrey Bentley Oh My Glotte-ballad opéra, qui sera joué au Théâtre du Temps à Paris à l’automne 2013. Au printemps 2013, elle enregistre à Athènes son premier disque (chansons françaises) avec Dora Bacopoulos au piano et Iraklis Vavatsikas à l’accordéon. En juin 2013, elle chante deux œuvres du compositeur Thierry Pécou au musée de l’Acropole, dans une soirée dédiée à la France et à la Grèce.

Orestis Kalampalikis - JPEGOrestis Kalampalikis est né à Athènes, Grèce, en 1981. Il a commencé à jouer de la guitare à l’âge de 7 ans. Après avoir accompli ses études musicales au Conservatoire National d’Athènes dans la classe de Yiannis Petridis, il est accepté au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Roland Dyens en 2005. Il a remporté plusieurs concours internationaux et participé à plusieurs master-classes. En plus de sa formation classique, il est influencé par des styles musicaux variés, et il joue aussi de la guitare électrique et le bouzouki dans ses collaborations avec d’autres artistes. Il est également intéressé par la composition, qu’il a étudiée auprès de Bernard Cavanna au Conservatoire de Gennevilliers. En un an il remporte deux concours internationaux de composition pour guitare. Il habite et travaille à Paris.

Ismaël Lô, musicien, auteur-compositeur et chanteur sénégalais

Ismaël Lô - JPEGNé en 1956 au Niger d’un père sénégalais et d’une mère d’origine nigérienne, Ismaël Lô grandit à Rufisque près de Dakar après le retour de la famille au Sénégal. Enfant déjà, il fabrique des guitares et en joue avec ses cousins. À partir de 1970, Ismaël Lô passe deux ans à l’Institut des arts de Dakar où il perfectionne ses connaissances en peinture artistique. Parallèlement, il entame une carrière de chanteur après avoir été repéré lors d’une émission de télévision. Il accède rapidement à une notoriété importante, et rejoint le groupe Super Diamono. En 1984, Ismaël Lô se sépare du groupe et enregistre cinq albums jusqu’en 1988. Il est accompagné de Faye, guitariste et arrangeur, qui personnalise sa musique et met en valeur ses qualités artistiques. En 1990, sa carrière prend un nouvel élan : il sort un sixième album solo Ismaël Lô avec le titre "Tajabone" repris notamment dans la bande originale du film Tout sur ma mère de Pedro Almodóvar. En 2002, il est fait chevalier de la Légion d’honneur en France.

Samar Salamé, chanteuse libanaise lyrique

Née à Beyrouth au Liban, Samar Salamé ne découvre que tardivement l’Opéra. Elle fréquente le Conservatoire National Libanais et mène parallèlement des études dans l’audiovisuel. C’est au terme de ce cursus que commence l’aventure lyrique. Le Maestro napolitain Roberto De Simone l’intègre dans sa compagnie Media Aetas à Naples avec laquelle elle chante pendant un an dans toute l’Italie. Elle intègre ensuite le conservatoire de Santa Cecilia à Rome, sans cesser de continuer à se produire. Elle rejoint Paris à la fin de ses études où elle chante entre autres à l’UNESCO et au Grand Palais mais aussi à Londres, au Cadigan Hall notamment, à Rome pour une messe au Vatican, et Beyrouth. Elle crée également plusieurs spectacles et concerts : Les Mystères Lyriques, Promenade lyrique. Actuellement, Samar Salamé prépare diverses performances aux États-Unis, à Paris et au Liban.

Pour en savoir plus :

publié le 21/03/2014

haut de la page