Commission de l’océan Indien – Déplacement de M. Jean-Baptiste Lemoyne

M. Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères, s’est rendu aux Seychelles du 6 au 9 mars 2020 pour représenter la France au Conseil des ministres de la Commission de l’océan Indien (COI), qui regroupe cinq États membres : l’Union des Comores, la France au titre de La Réunion, Madagascar, Maurice et les Seychelles.

JPEG

Ce déplacement a permis d’illustrer notre engagement au sein de la COI tout en confortant l’importance pour la France de sa relation de voisinage dans l’océan Indien, comme l’a rappelé le ministre de l’Europe et des affaires étrangères, M. Jean-Yves Le Drian, lors de sa récente visite à Maurice, à Madagascar et au Mozambique. Le Conseil des ministres de la COI adoptera formellement l’accord de Victoria révisé, qui remplace l’accord général de coopération entre les États membres de la Commission de l’océan Indien du 10 janvier 1984 ainsi que le protocole additionnel de 1989. Ce texte réaffirme l’identité d’organisation régionale de proximité de la COI, rappelle le rôle unificateur de la langue française et fixe les critères d’accession au statut d’observateur.

Lors de ce déplacement, M. Jean-Baptiste Lemoyne a été reçu par M. Danny Faure, Président de la République des Seychelles ; il s’est entretenu avec M. Vincent Mériton, vice-président titulaire des affaires étrangères et M. Didier Dogley, ministre du tourisme, de l’aviation civile, des ports et de la marine. Le secrétaire d’État a souligné la valeur de nos proximités géographique et stratégique dans le contexte régional du Sud-ouest de l’océan Indien, en matière de sécurité maritime, de lutte contre le changement climatique et du développement de l’économie bleue, y compris dans une perspective indopacifique.

M. Jean-Baptiste Lemoyne a par ailleurs visité les infrastructures du port de Victoria, dont la rénovation est accompagnée par l’Agence française de développement, afin de promouvoir l’expertise française en matière de gestion portuaire. Dans un archipel où 30 % du PIB repose sur le tourisme, le secrétaire d’État s’est entretenu avec les professionnels français du secteur qui offre des opportunités d’investissement.

publié le 11/03/2020

haut de la page