Discours de M. Philippe Lalliot, Ambassadeur de France auprès de l’UNESCO lors de l’avant-première du film "Solar Impulse, le vol perpétuel" - 25 novembre 2015

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs,
Madame la Sous-directrice générale,
Mesdames, Messieurs, Chers amis,

Je voudrais commencer par excuser le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, qui avait prévu d’être avec nous pour cette avant-première mais qui a dû y renoncer à la dernière minute. L’actualité internationale nous prive malheureusement de sa présence. Il m’a chargé de le représenter ce soir.

Je tiens ensuite à vous remercier d’être venus nombreux pour cette soirée particulière à plus d’un titre. Particulière, elle l’est compte tenu des moments difficiles que nous traversons depuis les attentats du 13 novembre. Je ne vous en suis que plus reconnaissant d’être là avec nous. Nous y voyons une marque d’amitié à laquelle nous sommes très sensibles.

Particulière, cette soirée l’est également parce qu’il y a un lien étroit entre le documentaire que nous allons découvrir ensemble et la grande Conférence sur le Climat qui s’ouvre à Paris la semaine prochaine et dont nous espérons tous qu’elle débouchera sur un accord ambitieux, à la hauteur des défis auxquels nous sommes collectivement confrontés.

Particulière, cette soirée l’est enfin parce que nous allons avoir la chance non seulement de visionner ce documentaire en avant-première, grâce à Gédéon films et en particulier à son président Stéphane Millière, mais aussi de le faire en présence de ses deux protagonistes, André Borschberg et Bertrand Piccard.

Mesdames et Messieurs,

« Solar Impulse », c’est d’abord un exploit scientifique, conçu en 1999 par Bertrand Piccard dès la fin de son tour du monde en ballon. Comme il en va souvent des idées révolutionnaires, il faut reconnaître que personne n’y croyait beaucoup au début, la plupart des spécialistes de l’aéronautique jugeant un tel avion « trop grand, trop léger et impossible à contrôler en vol ».

Dassault Systèmes, aux côtés d’autres partenaires techniques et financiers, a pourtant accepté de relever ce défi dont nous avons tous suivi avec passion les grandes avancées : le premier vol de nuit, les records qui tombaient les uns après les autres, un premier film en 2010 intitulé « Les Ailes du Soleil », le survol de la Méditerranée en 2012, celui des États-Unis l’année suivante, ce qui nous offrit déjà le superbe documentaire « Solar Impulse, la grande traversée de l’Amérique ». 2015 restera l’année de l’aventure d’un tour du monde, dont nous allons découvrir certaines grandes étapes ce soir.

Solar Impulse, n’ayons pas peur des superlatifs pour une fois, c’est aussi une extraordinaire aventure humaine autour de deux personnalités exceptionnelles. André Borschberg et Bertrand Piccard ont ouvert une nouvelle frontière dans un monde dont nous aimerions croire, avec un mélange de naïveté et de prétention, avoir exploré tous les recoins, compris toutes les lois, épuisé tous les secrets.

Rares sont ceux qui aujourd’hui méritent le titre de pionniers. André Borschberg et Bertrand Piccard sont des pilotes de cette trempe-là et je l’avoue bien volontiers : il y a des jours où je les envie de savoir ainsi nous faire rêver et aller au-delà de nous-mêmes.

Solar Impulse, c’est enfin une œuvre et un manifeste. Une œuvre « Solar Impulse : le vol perpétuel » réalisée par Eric Beaufils et Mathieu Czernichow, et je suis de ceux qui pensent que le documentaire n’est pas un art mineur. Un manifeste aussi alors que les Nations Unies viennent d’adopter en septembre dernier les Objectifs de Développement Durable et que va s’ouvrir à Paris la Conférence sur la lutte contre le dérèglement climatique.

Nous connaissons tous les enjeux de cette COP21, qui sont vitaux, les menaces, qui ne peuvent qu’empirer si rien n’est fait, l’obligation qui nous est faite d’y remédier, les difficultés aussi, puisque c’est rien moins qu’un bouleversement de nos modes de production et de nos habitudes de consommation, un changement radical de société que nous devons décider et organiser. Jamais l’urgence climatique n’a été aussi évidente et pressante.

« Impulsion solaire » nous montre précisément, par-delà l’exploit scientifique, qu’une alternative aux énergies fossiles est possible, qu’une économie décarbonée est crédible grâce à des énergies propres et fiables.

Mesdames et Messieurs,

Vous l’aurez compris, nous sommes très heureux et très fiers de vous accueillir ce soir, avec nos amis suisses, pour cette projection. Il nous a paru naturel que cela se fasse à l’UNESCO parce que l’Organisation est, à la demande de la France, étroitement associée à la préparation de la COP21 et tient ainsi pleinement son rôle de mobilisation de la société civile, de promotion des sciences, sous toutes leurs formes, de formulation de propositions.

En ce moment-même se tiennent ici des réunions de préparation de la Conférence Climat. Dans les derniers mois, l’UNESCO a multiplié, avec notre soutien, les rencontres et les initiatives sur la biodiversité, les glaciers, les océans. C’est dans cette même salle par exemple qu’ont eu lieu le Sommet Entreprises & Climat en mai et la conférence scientifique internationale de juillet dernier.

Après-demain se tiendra ici encore un colloque sur les peuples autochtones face au changement climatique. L’UNESCO sera bien sûr présente au Bourget et y accueillera une série de manifestations à destination du grand public, à commencer par une conférence sur les villes et la gestion de l’eau et une journée consacrée aux océans.

Vous le voyez, l’UNESCO est mobilisée à travers l’ensemble de ses secteurs et de ses grands programmes scientifiques. La France l’est tout autant pour faire de la COP21 un succès et ouvrir ainsi la voie à un développement plus durable, à un accès plus équitable aux ressources, à une meilleure prévention des catastrophes, à une plus grande sécurité pour les populations.

Cher amis,

A l’entrée de cette salle, vous aurez peut-être remarqué une grande fresque de Picasso. Son titre est « La Chute d’Icare ». Ce que nous vous proposons ce soir avec Solar Impulse, c’est de revisiter ce mythe fondateur : non pas une chute mais une élévation, non pas l’orgueil mais l’altruisme, non pas une sanction mais la promesse d’un avenir meilleur.

Je vous souhaite une excellente soirée.

publié le 03/05/2016

haut de la page