Forum International sur l’innovation inversée en santé : Message d’ouverture du profeseur Albert-Claude Benhamou

Mesdames et Messieurs les Présidentes et les Présidents, Monsieur le Secrétaire perpétuel, Mesdames et Messieurs en vos titres et fonctions, Chers amis,

J’ai l’honneur de représenter ce matin mon cher Président et ami, le Président de Commission nationale française pour l’UNESCO (CNFU), Monsieur Daniel Janicot, qui regrette vivement de n’avoir pas pu se libérer et qui aurait aimé vous souhaiter la bienvenue à cette importante conférence mise en place par la Fondation de l’Académie de Médecine (FAM) sous l’égide de l’Académie Nationale de Médecine (ANM), du ministère des solidarités et de la santé, du Ministère des Affaires étrangères et Européennes et de la CNFU.

Il est bon de le rappeler que la Commission nationale pour l’UNESCO est l’interface entre la France et l’UNESCO et qu’elle a pour missions :
1/ de contribuer au renforcement de l’influence française, intellectuelle et programmatique à l’UNESCO.
2/ de promouvoir le rôle de l’UNESCO et de ses valeurs auprès de la société française : de l’informer et de la sensibiliser sur le rôle de l’UNESCO et sur ses actions.

Et c’est dans ce cadre que le Président Janicot m’a chargé de saluer très chaleureusement les organisateurs remarquables et les très nombreux participants, de ce 1er Forum International et multilatéral, prestigieux, consacré à l’innovation inversée en santé.

Ce 1er Forum International est lui-même innovant. C’est une première. Et il est aussi la première manifestation officielle et publique, de l’accord de partenariat signé il y a presque un an entre la CNFU et l’Académie Nationale de Médecine, le 17 septembre 2017 dernier.

Il s’agit aussi d’un partenariat original entre la CNFU et l’ANM : il a en effet pour objectif de mettre en commun les efforts de ces deux institutions, pour faire partager par la communauté mondiale, scientifique, culturelle et institutionnelle, les idéaux de l’UNESCO, impliquant en particulier le respect des Droits de l’Homme, de la démocratie, de l’État de droit et du pluralisme culturel.

L’UNESCO collabore avec un large éventail de partenaires afin de mettre en œuvre ses programmes de développement durable, visant à relever les défis du monde actuel et qui s’expriment aujourd’hui sous la forme des 17 Objectifs du Développement (ODD) 2030, qui sont tous interdépendants.
Et c’est le cas bien sûr en particulier pour l’ODD3 qui est dédié à la santé et bien-être et L’ODD 4 qui est dédié à une éducation de qualité.

La CNFU et l’ANM souhaitent être ensemble pour que parmi ces défis, celui de l’éducation du grand public en matière de santé soit considérée comme une priorité fondamentale.
Car la santé constitue l’un des piliers :
-  du développement durable,
-  de la sécurité sanitaire mondiale,
-  de la lutte contre les grandes inégalités d’accès aux soins
grâce aux efforts de solidarité de toutes les instances de coopération nationales et multinationales, publiques et privées.

La CNFU a donc décidé d’appuyer l’organisation des manifestations spécifiques de l’Académie nationale de médecine répondant aux objectifs et aux valeurs de l’UNESCO. En particulier celles qui ont trait :
-  à la santé publique,
-  à la prévention,
-  à l’évolution des sciences médicales
-  à la digitalisation de l’éducation des professionnels de la santé et à celle du grand public
-  au partage libre des savoirs et des pratiques médicales innovantes
répondant aux besoins essentiels des populations du Nord et du Sud.

L’originalité et la force du thème de « l’innovation inversée en santé » choisi pour ce Forum international, par la FAMX et par l’ANM, est l’exemple typique de ce que l’UNESCO peut et souhaite faire connaitre.

Il s’agit de valoriser les avancées médicales issues d’un croisement « disruptif » des cultures et des pratiques innovantes en matière d’innovations sanitaires, qu’elles soient scientifiques, pédagogiques, administratives, organisationnelles, et finalement politiques et financières.

Nous verrons lors de ces deux journées qu’un nombre croissant d’innovations disruptives et frugales viennent d’Afrique, d’Asie, d’Amérique du Sud et que les économies émergentes du monde apportent ainsi des solutions essentielles sur des sujets primordiaux tels que :
-  la prévention,
-  la nutrition,
-  l’accès équitable et sûr aux médicaments,
-  la télémédecine et la e-santé ou santé numérique,
-  le dépistage rapide des maladies infectieuses,
-  le diagnostic et le traitement des maladies chroniques, cancer, diabète, maladies cardio-vasculaires,
-  la prise en charge du vieillissement ?

Je salue ici la présence de plus de 40 orateurs venus du monde entier avec le soutien des 6 pays partenaires de la FAM : Brésil, Russie, Inde, Chine, le Mexique, le Sénégal.

Pour l’UNESCO et l’OMS il est fondamental de privilégier celles qui traitent de la résolution des déserts médicaux et chirurgicaux, qu’ils soient du Sud ou du Nord et celles qui permettent d’optimiser les coûts des systèmes de santé.

La CNFU, en conclusion de ce très bref message de bienvenue, est très heureuse de lancer les travaux de la Fondation de l’Académie Nationale de Médecine, sur les chemins de l’UNESCO, au sein de la maison commune du partage universel des savoirs, du partage libre des ressources éducatives, en particulier des ressources éducatives numériques ou RNEL, qui ont été célébrées ici même par la Déclaration de Paris de juin 2012 par tous les pays membres.
Merci de votre attention et bon Forum à tous.

Albert-Claude Benhamou, Conseiller pour le numérique et la santé auprès du Président de la Commission nationale française pour l’UNESCO (CNFU)

JPEG PNG JPEG PNG

.

PNG

publié le 06/06/2018

haut de la page