Hommage à Vaclav Havel

La Délégation permanente française et la délégation permanente Tchèque à l’UNESCO ont organisé conjointement une cérémonie en hommage à Vaclav Havel.

Était présente la « famille de cœur » de Vaclav Havel : Ivan Klima, écrivain et dramaturge tchèque, Ivan M. Havel scientifique et frère de Vaclav Havel, Jack Lang, ancien Ministre et ami de Valav Havel, André Glucksmann philosophe et essayiste français et Jacques Rupnik, politologue français et conseiller du président Vaclav Havel de 1990 à 1992.

Discours de Son Exc. M. l’ambassadeur Daniel Rondeau

Nous sommes ici pour célébrer l’ancien président Vaclav Havel et je remercie la Directrice Générale, madame Irina Bokova, pour sa présence, tellement importante.

Havel fut l’un des hommes qui a remis une partie de l’Europe sur les chemins de la liberté. L’écrivain et dramaturge a toujours eu une haute idée de sa responsabilité. Il est réconfortant de constater que face à un pouvoir totalitaire, prêt à des crimes massifs, et souvent conforté par l’aphasie et même le mensonge du monde que l’on disait libre, des hommes seulement armés de leurs mots et de leur cohérence, ont réussi à restaurer à mains nues l’idée même de liberté.
Ces hommes qui, en Union soviétique, et dans les pays de « l’autre Europe », s’étaient levés se nommaient Alexandre Soljenitsyne, Lech Walesa, Mgr Wojtyla, le futur Jean Paul II et Vaclav Havel. Il se trouve que je les ai tous rencontrés. Tous avaient en commun la même passion de la vérité et les mêmes exigences morales.

Lors de ma rencontre avec Vaclav Havel, au printemps 2007, il avait évoqué « l’esprit moderne et prétentieux » que l’on retrouve aujourd’hui à l’œuvre dans nos sociétés capitalistes. Cet esprit moderne et prétentieux, nous le connaissons bien. Il cultive l’ironie ricanante et le conformisme de la profanation. La vérité n’est pas toujours où on l’attend. Albert Camus disait d’ailleurs que « la vérité, comme l’amour est toujours à construire ». C’est pour cette raison que j’ai proposé à ma collègue tchèque cet hommage à Vaclav Havel. Pour nous aider à garder le souci de la vérité. Nos invités, nous les avons bien sûr choisis ensemble. Tous appartiennent à sa famille de cœur, de conviction ou de sang. Je vous remercie tous d’être là et je salue naturellement mes amis Jack Lang, le fondateur du festival mondial de théâtre de Nancy mais aussi l’ancien ministre, André Glucksmann, qui fut le relais français le plus puissant de Soljenitsyne, et avec qui nous avons partagé quelques aventures, et Jacques Rupnik que j’avais rencontré au moment du siège de Sarajevo, et bien sur aussi tous nos amis tchèques, votre présence à tous est précieuse, je vous remercie....

publié le 22/04/2016

haut de la page