Journée mondiale de la liberté de la presse

Cette journée, qui s’est tenue cette année dans le contexte particulier de l’épidémie de coronavirus, a eu pour objectif de célébrer les principes fondamentaux de la liberté de la presse, de faire le point sur la liberté d’expression dans le monde et de rendre hommage aux journalistes qui ont été attaqués ou ont perdu la vie dans l’exercice de leur profession.

Bannière de la campagne UNESCO pour la journée de la liberté de la presse - JPEG

Des ambassadeurs et des membres du Groupe des amis sur la sécurité des journalistes à l’UNESCO ont enregistré une vidéo regroupant des citations de journalistes à travers le monde ayant été confrontés à des menaces, y compris en couvrant la pandémie de coronavirus.

Par ailleurs, l’UNESCO a lancé le 3 mai une campagne médiatique mondiale intitulée FACTS, qui met en lumière le rôle des médias libres et indépendants dans le contexte épidémique. De grands médias du monde entier se joignent à la campagne, comme le New York Times et le Guardian.

Le 4 mai, l’ UNESCO et sa directrice générale Audrey Azoulay ont organisé un débat en ligne sur l’importance des médias libres pour fournir au public une information indépendante et fiable, essentielle en temps de crise. Ce dialogue de haut niveau sur la liberté de la presse et la lutte contre la désinformation dans le cadre du coronavirus a réuni le Secrétaire général des Nations unies, António Guterres, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, le ministre canadien des Affaires étrangères François-Philippe Champagne, le journaliste Younes Mujahid, Président de la Fédération internationale des journalistes, Maria Ressa, journaliste d’investigation aux Philippines, fondatrice du site internet Rappler.com, et le Secrétaire général de Reporters sans frontières, Christophe Deloire, ainsi que Monika Bickert, directrice de la politique de contenus de Facebook. Le débat était animé par le journaliste américain Jorge Ramos.

Les participants à ce débat ont souligné l’importance d’un journalisme indépendant. Pour eux, la pandémie de coronavirus est propice à la diffusion de fausses informations et les journalistes renforcent encore davantage leur travail de vérification des sources. Les intervenants ont rappelé que les journalistes constituent le socle d’une société démocratique, mais qu’ils sont parfois menacés, en particulier lorsque des régimes autoritaires profitent de la pandémie pour restreindre les libertés publiques. Leur recommandation est que les gouvernements s’impliquent davantage pour améliorer l’éducation aux médias des populations.

Pendant la réunion, des messages de responsables d’organisations internationales et de représentants d’Etats ont été diffusés. La France était représentée par Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères.

La Journée mondiale de la liberté de la presse a été proclamée par l’Assemblée générale des Nations unies en 1993 sur recommandation de la Conférence générale de l’UNESCO.

publié le 06/05/2020

haut de la page