Journée mondiale de la philosophie 2020 - Conférence « Covid-19 : vers un nouveau monde ? »

À l’occasion de la Journée mondiale de la philosophie 2020, la Commission nationale française pour l’UNESCO et le Programme MOST, avec le soutien de la MGEN proposent une conférence en ligne : « Covid-19, vers un nouveau monde ? » , pour une analyse de la pandémie à travers le regard des sciences sociales et humaines.

JPEG

Orateurs :

- Serge Tisseron : psychiatre, docteur en psychologie, membre du Conseil scientifique du CRPMS, membre de l’Académie des technologies, président de l’Institut pour l’Histoire et la Mémoire des Catastrophes

- Michèle Stanton-Jean : chercheure, Centre de recherche en droit public, Université de Montréal, sous-ministre de la santé du Canada (1993-1998), ex-présidente du comité international de bioéthique UNESCO (CIB)

- Pénélope Dufourt : doctorante à l’Université Paris-X Nanterre et à l’Université de Nantes sur la pratique de la philosophie avec les enfants

- Éric Chenut : vice-président délégué Groupe MGEN

et Gabriela Ramos, sous-directrice générale SHS/UNESCO
Christian Byk, conseiller, Commission nationale française pour l’UNESCO, président du CIGB 2017-19

Le premier guide de toute politique visant à lutter contre les épidémies est sans doute de se rappeler que celles-ci n’ont pas qu’une dimension médicale. Elles constituent un tout incluant une dimension historique, économique, sociale et culturelle, qui contribue également à orienter les choix conduisant à l’élaboration d’une politique sanitaire . Or, à l’aube du XXIème siècle, ces choix doivent se faire à un moment où nos sociétés font face à d’importantes transformations sociales et les épidémies catalysent les effets de ces changements et nous mettent au pied du mur en nous interrogeant dans l’urgence sur ce qui viendra après. L’Etat survivra-t-il comme vecteur de la société ? Avons-nous des modalités alternatives de gouvernement ? Quels modes de vie seront les nôtres demain ? Nous faudra-t-il renoncer à ce qui nous a apporté sécurité et confort matériels ? Que sauvegarderons-nous alors de nos libertés : l’autonomie et sa quête perpétuelle d’épanouissement individuel, un espace limité de liberté relationnelle mais construit sur le respect d’autrui et une solidarité active ou la capacité de s’adapter à toutes les situations par la gestion de l’urgence ?

Comme l’a souligné avec justesse Madame Audrey Azoulay, directrice générale de l’UNESCO, « l’épidémie de COVID-19 résonne profondément au cœur de la mission de l’UNESCO. La COVID-19 nous dit que la coopération scientifique est essentielle lorsqu’il s’agit de traiter un problème de santé publique mondial. Elle nous dit qu’il faut assurer une éducation continue alors que tant d’enfants aujourd’hui ne peuvent pas aller à l’école. Elle nous rappelle brutalement l’importance d’une information de qualité et fiable, à une époque où les rumeurs sont florissantes. Elle nous parle du pouvoir de la culture et de la connaissance pour renforcer le tissu humain et la solidarité, à une époque où tant de personnes dans le monde doivent garder une distance sociale et rester à la maison ».

Pour ouvrir des pistes de réflexion, il convient donc de mobiliser l’ensemble des sciences sociales et humaines aux côtés de la biologie et de la médecine.

- REJOINDRE LE WEBINAIRE -

Lien vers l’événement


JPEG PNG JPEG PNG
PNG

publié le 12/11/2020

haut de la page