L’action de l’UNESCO dans le domaine du sport

De manière générale, l’UNESCO offre assistance et conseils aux gouvernements, aux ONG et aux experts pour débattre des défis du développement de l’éducation physique et du sport. Elle aide et conseille les États membres souhaitant élaborer ou renforcer leur système d’éducation physique.

L’action de l’UNESCO dans le sport se caractérise essentiellement par :

L’action de l’UNESCO dans le sport se caractérise essentiellement par :

  • La promotion de l’éducation physique et du sport : l’UNESCO est l’agence spécialisée des Nations unies chef de file pour l’éducation physique et le sport (EPS). Sous l’égide de l’UNESCO a été adoptée une charte pour l’éducation physique et le sport (1978) ;
  • La lutte contre le dopage  : sous l’égide de l’UNESCO a été négociée et ratifiée la convention internationale contre le dopage dans le sport. Elle est entrée en vigueur le 1er février 2007. Elle est désormais ratifiée par plus de 160 États - sur les 193 États membres de l’UNESCO. Cette convention crée le cadre juridique contraignant permettant la transposition en droit national des dispositions du code mondial antidopage adopté en 2003 sous l’égide de l’Agence mondiale antidopage (AMA), organisation de droit privé dont les décisions n’ont pas force juridique contraignante entre les États. Une conférence des parties contre le dopage a lieu tous les deux ans pour actualiser la convention par rapport aux évolutions du code mondial antidopage et faire le point de la mise en œuvre par les États des dispositions qu’elle prévoit.

Au sein des services de l’UNESCO, la sous-direction des sciences sociales et humaines compte une équipe en charge des questions d’antidopage et de sport.

L’organisation de plates formes mondiales de discussion sur le sport (MINEPS)

  • Le rôle des MINEPS

L’UNESCO a contribué à travers l’organisation, à un rythme irrégulier, de plates formes de ministres des sports et de hauts fonctionnaires, à la promotion des thématiques au cœur de ces missions.

La première Conférence internationale des ministres et hauts fonctionnaires responsables de l’éducation physique et du sport (MINEPS) a eu lieu au siège de l’UNESCO à Paris en 1976.

Le forum a été créé pour faciliter les échanges intellectuels et techniques dans le domaine de l’éducation physique et du sport. Il est conçu comme un mécanisme institutionnel permettant de formuler une stratégie internationale cohérente en matière éducative, culturelle et sociale de l’éducation physique et du sport.

Le suivi des différents MINEPS a été institutionnalisé au sein du Comité intergouvernemental pour l’éducation physique et le sport (CIGEPS) dont les services de l’UNESCO assurent le secrétariat. La composition du CIGEPS regroupe des États représentatifs de tous les continents.

Depuis sa création, quatre Conférences MINEPS ont été organisées par l’UNESCO (Moscou, Fédération de Russie, en 1988 ; Punta del Este, Uruguay, en 1999 ; Athènes, Grèce, en 2004 ; Berlin, Allemagne, en 2013). Les résultats du MINEPS contribuent à guider la définition et la mise en œuvre des politiques par les gouvernements, et à fixer la direction générale du programme de l’éducation physique et du sport de l’UNESCO.

MINEPS I a joué, par exemple, un rôle important dans le développement de la Charte internationale de l’éducation physique et du sport (1978) qui établit la pratique de l’éducation physique et du sport comme un droit fondamental pour tous.

Parmi les autres réalisations des MINEPS, on citera le Fonds international pour le développement de l’éducation physique et du sport (FIDEPS), le soutien politique au Berlin Agenda for Action adopté par le Sommet mondial de l’éducation physique et du sport pendant MINEPS III. MINEPS IV a offert une plateforme essentielle pour la négociation de la convention internationale contre le dopage dans le sport (2005).

  • Le MINEPS V, 29-30 Mai 2013

Cette conférence, à laquelle la ministre française des sports était présente, a fixé le programme commun de travail pour les dix prochaines années avec les pays signataires de la Déclaration de Berlin, et ce autour de trois grands axes :

  1. L’accès au sport, droit fondamental pour tous
  2. La promotion de l’investissement dans l’éducation physique et les programmes sportifs
  3. La préservation de l’intégrité du sport
    Lors de cette conférence, la ministre française a mis l’accent sur la lutte que la France mène contre le dopage et contre les matchs truqués ainsi que sur la nécessité de promouvoir l’organisation de grands évènements sportifs soutenables financièrement et socialement.

Les enjeux actuels et futurs de l’UNESCO dans le domaine du sport

Compte tenu de la diminution des moyens de l’UNESCO, il est peu probable que l’action de cette organisation internationale se déploie dans de nouvelles directions. Un temps évoqué en interne au sein de l’institution, l’organisation, sous l’égide de l’UNESCO, de la négociation d’une convention internationale de lutte contre la manipulation des compétitions – dans le prolongement de celle négociée au sein du conseil de l’Europe - n’est plus d’actualité.
En revanche, le projet d’actualisation de la charte de l’éducation physique et du sport a été adopté par l’UNESCO lors de la dernière conférence générale.
La dernière conférence des parties sur le dopage a eu lieu en septembre 2013 ; la prochaine aura lieu en septembre 2015.

publié le 09/07/2014

haut de la page