L’inscription de l’ « Alpinisme, ou l’art de gravir des sommets et des parois en haute montagne » sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO

"L’Alpinisme, ou l’art de gravir des sommets et des parois en haute montagne" a été inscrit le 12 décembre 2019 à Bogota sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité au titre de la Convention de 2003.

Le Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, réuni à Bogota (Colombie) le 12 décembre dernier, a inscrit sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité au titre de la Convention de 2003 " l’Alpinisme, ou l’art de gravir des sommets et des parois en haute montagne".

Cette nouvelle inscription est le fruit d’une candidature portée par la France, à la suite d’un travail conjoint avec l’Italie et la Suisse.

La pratique de l’alpinisme émerge dans le massif du Mont Blanc, à la fin du XVIIIe siècle ; avant d’atteindre d’autres sommets du monde, au milieu du XXe siècle, à l’issue d’audacieuses expéditions. Considérée comme l’art de gravir des éléments rocheux, cette activité physique s’inscrit dans un contexte social inclusif et fait écho à une recherche introspective. La connaissance du paysage de montagne et des limites du corps humain rencontre, dans l’alpinisme, l’éthique environnementale et le développement de la confiance mutuelle dans un groupe. C’est particulièrement la promotion de ses valeurs de communauté et la sauvegarde d’un savoir-faire technique transmis par les passionnés aux amateurs, qui caractérisent l’alpinisme comme un art de l’espace.

Pour plus d’informations rendez-vous sur l’article du site du Ministère de la Culture

PNG
PNG
PNG


JPEG PNG JPEG PNG
PNG

publié le 14/01/2020

haut de la page