La grotte de Lascaux, le chef-d’œuvre préhistorique

Colloque international à l’Unesco les 17 et 18 octobre

JPEG© : N. Aujoulat – Centre National de Préhistoire

Depuis 1979, la grotte de Lascaux est l’un des sites les plus emblématiques des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial au titre des : « Sites préhistoriques et grottes ornées de la vallée de la Vézère ». Propriété de l’État, elle occupe une place majeure dans la relation des Français à l’égard de leur patrimoine. A la suite des engagements pris par la France à la demande de l’UNESCO et de la communauté scientifique internationale, toutes deux inquiètes de la conservation de la grotte de Lascaux, et à l’issue du Symposium international sur Lascaux et la conservation en milieu souterrain, tenu en 2009 à Paris, le Conseil scientifique de la grotte de Lascaux a été mis en place sous la présidence du Professeur Yves Coppens (2011-2017).

Ce Conseil Scientifique, dont l’assise est internationale, a eu pour mission d’apporter conseils et expertises sur la définition des programmes de recherches nécessaires à la conservation de la grotte et à l’évaluation de leurs résultats. Il a été également chargé de donner un avis sur les mesures à prendre pour prévenir les risques de dégradation, en s’appuyant sur l’expertise des spécialistes de domaines scientifiques tels que l’archéologie, la géologie, la climatologie, la microbiologie et l’étude des matériaux du patrimoine.

En organisant ce colloque international les 17 et 18 octobre 2017 à l’UNESCO, le Ministère de la Culture et la Commission nationale française pour l’UNESCO, ont souhaité présenter et restituer les sept années de recherches et de veille de ce Conseil Scientifique, tout en exposant les enjeux de préservation et de conservation de Lascaux.

Découverte le 12 septembre 1940, la grotte de Lascaux constitue, en effet, un chef-d’œuvre préhistorique de référence internationale aussi célèbre dans le monde pour la richesse de son décor pariétal que pour les dangers constants qui menacent sa conservation. La richesse thématique de son décor, qui rassemble presque tout ce que l’on connaît en termes de représentations préhistoriques (animaux, humains, signes) et les techniques qui ont été utilisées par les artistes (dessins, peintures bichromes et polychromes, gravures) permet de voir en Lascaux une synthèse parfaite de près de 400 sites ornés connus dans l’espace franco-ibérique. Aujourd’hui, si la grotte a atteint un état de relative stabilité, elle n’en demeure pas moins fragile et tout doit être mis en œuvre pour qu’elle bénéficie d’un équilibre climatologique et microbiologique indispensable à sa préservation.

Les gisements archéologiques de Lascaux constituent des archives du sol éminemment riches d’informations, tant sur les occupations humaines que sur l’environnement dans lequel les Hommes de la Préhistoire évoluaient et exploitaient déjà. Non renouvelables, ces ressources du sous-sol présentent un risque d’érosion permanent sous l’influence du climat actuel. Si de tels éléments d’études ont été présentés à la COP21 en décembre 2015, c’est précisément parce que la grotte de Lascaux apporte aujourd’hui une mine d’informations quant aux influences du climat sur la conservation de ce site.

L’engagement financier de l’État a pour vocation de favoriser une recherche nécessairement longue et diversifiée, destinée à mieux connaître le paysage biologique et climatique de la grotte et de favoriser une meilleure connaissance des phénomènes susceptibles de l’altérer. Ecosystème fragile, la grotte de Lascaux nécessite une recherche diversifiée et interdisciplinaire accrue, telle que poursuivie par le Conseil Scientifique.

Tout en revenant sur son histoire, son état, son contexte et son évolution, ce colloque mettra ainsi en évidence les enjeux de travail du Conseil Scientifique concernant la grotte et son écosystème souterrain. Il s’interrogera sur les problématiques liées aux équilibres de la grotte autant qu’aux risques liés à ses atteintes. Des travaux en microbiologie, ainsi que des retours d’expérience sur les études biospéléogiques viendront éclairer ce programme.

L’objectif de cette rencontre, à partir de l’expérience acquise sur le site de Lascaux, vise enfin à partager le plus largement possible les avancées scientifiques relatives à la conservation des grottes ornées en favorisant les échanges concernant le renforcement des compétences et des connaissances pour la sauvegarde des sites inscrits sur la Liste du patrimoine mondial confrontés aux problèmes de conservation.

Inscriptions obligatoires par courriel :
centre.national.de.prehistoire@culture.gouv.fr

JPEG PNG JPEG PNG

.

PNG

publié le 12/10/2017

haut de la page