Laurent Stefanini, ambassadeur de France auprès de l’Unesco, fait le point sur les quatre dossiers azuréens candidats au patrimoine mondial

L’année 2018 pourrait permettre aux Alpes-Maritimes de voir un de ses sites enfin classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Quatre dossiers sont en cours, plus ou moins avancés et on fait le point ce mardi avec l’ambassadeur français auprès de l’Unseco.

JPEGL’ambassadeur français auprès de l’Unesco, Laurent Stefanini © : France Bleu Azur

Sur les quatre dossiers lancés, c’est Grasse et son savoir-faire lié au parfum, qui pourrait être classé avant la fin de l’année 2018 au patrimoine immatériel de l’Unesco.

"C’est en effet le dossier le plus avancé, mais il ne faut jamais crier victoire trop tôt," rappelle Laurent Stefanini, ambassadeur français auprès de l’Unesco.

Il va également discuter dans les prochains jours à Paris du dossier "les Alpes de la Méditerranée", qui regroupe le parc du Mercantour et des dizaines de communes italiennes et françaises.

"Sur ce dossier, c’est l’aspect naturel qui pourrait être classé. Il faut réussir à démontrer le caractère exceptionnel, unique, d’un lieu pour qu’il puisse être classé."

Les deux derniers dossiers sont moins avancés mais pourraient quand même aboutir dans les prochaines années. Il y a les Îles de Lérins, un dossier lancé en 2015 et qui a pris du retard, notamment parce que la nature du dossier a changé.

Enfin, Nice et la promenade des Anglais sont candidats pour être classés comme ville modèle touristique. [1]

Plus d’information sur :
https://www.francebleu.fr/infos/cul...

JPEG PNG JPEG PNG

.

PNG

publié le 21/01/2018

haut de la page