« Le nouvel agenda mondial de l’éducation : présentation du cadre d’action 2030 »

Par Sonia DUBOURG-LAVROFF, conseillère pour l’éducation, lors du Conseil d’administration de la Commission nationale française pour l’UNESCO à Paris, le 14 décembre dernier

PNG

Lors du Forum mondial de l’éducation tenu à Inchéon en Corée, du 18 au 22 mai 2015, a été adoptée une Déclaration finale traçant les grandes lignes du Cadre d’action Education 2030.

La rédaction de ce Cadre a été confiée à un groupe de travail réunissant Etats-membres, agences multilatérales, et organisations de la société civile.
Les premier et deux octobre 2015, ce groupe s’est réuni à Paris. L’UNESCO reste pilote de la mise en œuvre du Cadre d’action 2030 dont la responsabilité première est assumée par les gouvernements. La Déclaration d’Inchéon et le Cadre d’action énoncent l’objectif 4 du développement durable consacré à l’éducation : « assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie. »

Les cinq priorités déclinées par les deux textes sont : l’inclusion et l’équité, l’égalité des genres, la qualité de l’éducation, l’apprentissage tout au long de la vie et l’éducation de crise.

Hormis l’éducation de crise qui relève de contextes beaucoup plus violents et catastrophiques que le nôtre, les quatre autres priorités seront servies par la Commission nationale française pour l’UNESCO, sous l’autorité de l’ambassadeur M. Philippe Lalliot et conformément aux engagements diplomatiques de notre pays.La Commission nationale française pour l’UNESCO, par la voix et à la volonté de son président M. Daniel Janicot et de l’équipe, jouera son rôle, à sa place, et au service de l’éducation. Elle contribuera à la diffusion des valeurs et des priorités de l’UNESCO.

Le fondement des valeurs est « l’éducation à la citoyenneté mondiale », dispositif présenté à la réunion du groupe consultatif d’experts sur l’éducation à la citoyenneté mondiale, en juin 2014 à Paris.L’objectif est que les apprenants de tous âges et de tous horizons puissent devenir des citoyens du monde, informés, doués d’esprit civique, socialement connectés, éthiques et engagés. La Commission nationale française pour l’UNESCO travaillera dans les priorités citées plus haut, en étroite relation avec les trois réseaux dont elle assure la coordination : les chaires, les écoles associées et les clubs.

Les thèmes, en accord avec les membres de l’équipe qui les piloteront, pourront être : l’inclusion et l’équité au travers de l’accès à l’école en particulier, l’égalité des genres et la lutte contre les stéréotypes, la qualité de l’éducation, en lien avec les écoles associées (dont celles en zones prioritaires) et les chaires UNESCO. L’apprentissage tout au long de la vie, autre priorité, aurait plusieurs axes : la formation technique et professionnelle, l’enseignement des sciences, de la technologie de l’ingénierie et des mathématiques, en liaison avec les acteurs de la formation initiale et continue. Le thème transversal, stratégique et non encore abouti des NTIC dans l’enseignement supérieur et continu, sera traité dans la perspective d’un renforcement du soutien apporté aux universités numériques.
Les chaires et les clubs UNESCO sont des lieux de réflexions et de pratiques pédagogiques formelles et informelles particulièrement intéressantes au regard de ces deux derniers sujets.

La Commission nationale française pour l’UNESCO s’efforcera de répondre aux sollicitations des ministères, de l’UNESCO et de la représentation permanente, tout en animant les réseaux qu’elle coordonne et en les faisant participer à la réflexion et à la construction des positions de la France à l’UNESCO. La Commission nationale française pour l’UNESCO est une plate-forme réflexive d’experts soucieux d’être utiles à leur pays, à leur environnement institutionnel et à la société civile, au travers de ses trois réseaux et avec le concours d’enseignants, d’associations comme la Ligue de l’Enseignement qui nous accueille aujourd’hui et d’apprenants que nous sommes heureusement tous au long de notre vie .

Sonia DUBOURG-LAVROFF

publié le 03/08/2016

haut de la page