Le programme MAB de l’UNESCO

PNG

© UNESCO Daniele Soncin The Po Delta biosphere reserve (Italy)

Qu’est ce que le programme MAB ?

Le Programme sur l’homme et la biosphère (ou Programme MAB pour Man and Biosphere) est un programme scientifique intergouvernemental visant à établir une base scientifique pour améliorer les relations homme-nature au niveau mondial. Lancé au début des années 70, le MAB propose un agenda de recherche interdisciplinaire, encourage le renforcement des capacités et a pour principaux objectifs de réduire la perte de biodiversité et d’en traiter les aspects écologiques, sociaux et économiques.

Parce qu’il touche à des problèmes à la croisée de plusieurs domaines, scientifique, écologique, sociétal et du développement, le MAB rassemble plusieurs disciplines – sciences exactes et naturelles, sciences sociales, économie et éducation – destinées à améliorer les environnements humains et préserver les écosystèmes naturels. Il encourage notamment les approches novatrices pour un développement économique respectueux des valeurs sociales, culturelles et écologiques.

PNG

© UNESCO Sergio Socorro, The Macizo de Anaga biosphere reserve (Spain)

Les objectifs du programme MAB

En se concentrant sur des sites reconnus internationalement dans le Réseau mondial de réserves de biosphère, le Programme MBA vise à :

  • Identifier et évaluer les changements dans la biosphère résultant des activités humaines et naturelles et les effets de ces changements sur les humains et l’environnement, en particulier dans le contexte du changement climatique.
  • Étudier et comparer les interrelations dynamiques entre les écosystèmes naturels / quasi-naturelles et des processus socio-économiques, en particulier dans le contexte de la perte accélérée de la diversité biologique et culturelle.
  • Assurer le bien-être humain de base et un environnement vivable dans le contexte de l’urbanisation rapide et la consommation d’énergie en tant que moteurs du changement environnemental.
  • Promouvoir l’échange et le transfert des connaissances sur les problèmes environnementaux et les solutions, et de favoriser l’éducation environnementale pour le développement durable.

PNG

© UNESCO, The Tang-e-Sayad and Sabzkuh biosphere reserve (Islamic Republic of Iran)

Le réseau mondial des réserves de biosphère

Le réseau du programme MAB est composé de 669 réserves de biosphère réparties dans 120 pays, dont 16 sites transfrontaliers. Le réseau encourage la coopération Nord-Sud et Sud-Sud ; c’est un outil de coopération internationale exceptionnel permettant le partage des connaissances, les échanges d’expériences, le développement des capacités et de mettre les bonnes pratiques en avant.

Le réseau vise à assurer la durabilité environnementale, économique et sociale (en comptant les dimensions culturelles et spirituelles) par le biais des actions suivantes :

  • Le développement et la coordination d’un réseau mondial de sites qui servent de zones de démonstration et d’apprentissage et dont l’objectif est de maintenir la diversité culturelle et écologique ainsi que les services fournis par les écosystèmes qui contribuent au bien-être humain.
  • Le développement et l’intégration des connaissances, sciences comprises, afin d’améliorer notre compréhension des interactions entre les peuples et la nature.
  • Le développement des capacités globales de gestion de systèmes socio-écologiques complexes, et plus particulièrement en encourageant le dialogue au niveau de l’interface science/politique, en soutenant l’éducation environnementale, et par une diffusion multimédia permettant de toucher la communauté globale.

PNG

© UNESCO, Hanma biosphere reserve (People’s Republic of China)

Réserves de biosphère transfrontières

Les Réserves de biosphère transfrontières ont été établies pour reconnaître et renforcer une gestion coordonnée de socio écosystèmes partagés par des frontières : ruptures politiques, organisationnelles, linguistiques, culturelles, obstacles à la gestion d’écosystèmes partagés et au développement des populations. Elles favorisent une gestion coordonnée de ces écosystèmes, souvent également le lieu d’une histoire et d’une culture commune.

Une Réserve de biosphère transfrontière est avant tout une coopération entre Réserves de biosphère établies. L’Unesco la désigne formellement Réserve de biosphère transfrontière si certaines conditions sont remplies : un accord politique entre les états concernés, un zonage commun qui favorise la spatialisation des enjeux de conservation et de développement, l’identification des partenaires locaux et nationaux et l’établissement d’un mécanisme de gouvernance.

JPEG

Un atout de la Réserve de biosphère transfrontière est qu’elle constitue un cadre de travail souple et adaptatif. La France compte deux Réserves de biosphère transfrontières : Vosges du Nord - Pfälzerwald avec l’Allemagne, Mont Viso avec l’Italie. Elles sont au nombre de 16 dans le monde (2016).

JPEG

publié le 21/04/2016

haut de la page