La France et les sciences humaines et sociales

La France prend activement part à la réflexion engagée par l’UNESCO sur les questions éthiques, notamment concernant les domaines scientifique et technologique.

L’éthique des sciences

L’UNESCO s’efforce de développer des liens entre les éthiciens, les scientifiques, les législateurs et la société civile, afin d’aider les États membres à établir des politiques sur les questions éthiques concernant les sciences et les technologies. Cette activité s’exerce à travers trois organismes :

  1. Le Comité international de bioéthique (CIB), composé d’experts indépendants. Il a pour fonction d’approfondir la réflexion éthique en exposant les enjeux de puissance.
  2. Le Comité intergouvernemental de bioéthique (CIGB), composé de 36 États membres, afin d’examiner les avis et recommandations du CIB.
  3. La Commission mondiale d’éthique des connaissances scientifiques et des technologies (COMEST), organe consultatif et forum de réflexion composé de 18 experts indépendants.

L’ensemble de cette activité se concrétise notamment par l’adoption de textes normatifs internationaux :
- Déclaration universelle sur le génome humain et les droits de l’homme (1997)
- Déclaration internationale sur les données génétiques humaines (2003)
- Déclaration universelle sur la bioéthique et les droits de l’homme (2005)
- Version révisée de la Recommandation de 1974 sur la condition des chercheurs scientifiques (2017).

La France est fortement impliquée dans l’ensemble de ces activités.

Le Programme pour la gestion des transformations sociales (MOST)

Le travail scientifique et intergouvernemental du Programme pour la gestion des transformations sociales (MOST) est dédié aux transformations sociales (recherche en sciences sociales, développement durable et élimination de la pauvreté, phénomènes migratoires, dialogue interculturel, etc.).

Un comité français est chargé, à travers différents groupes de travail, d’assurer le suivi de ce programme.

Depuis 2017, la France est vice-présidente du Conseil intergouvernemental du programme MOST.

publié le 20/06/2019

haut de la page