Nomination d’un nouveau Président du comité français MAB-UNESCO

Le Ministère des Affaires Étrangères et du Développement International vient de nommer le nouveau président du comité MAB-UNESCO France. Il s’agit de Didier Babin, administrateur principal du programme « Biodiversité au service de la lutte contre la pauvreté et du développement » au Secrétariat de la Convention sur la Diversité Biologique à Montréal depuis mars 2010.

PNG - 91.6 ko
Didier Babin, nouveau président du comité MAB France

Docteur en Géographie et Aménagement de l’Espace, avec une formation pluridisciplinaire dans le domaine de la gestion de l’environnement et des ressources renouvelables, il est chercheur au CIRAD depuis 1994. Il a participé à la création de l’Institut français pour la Biodiversité (IFB), dont il a été membre de la direction de 2000 à 2008. C’est sous l’égide de l’IFB qu’il a initié le processus de consultation IMoSEB (International Mechanism of Scientific Expertise on Biodiversity), en tant que secrétaire exécutif de 2005 à 2008. Cette consultation a constitué le socle de construction de l’IPBES, (Intergovernmental science-policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services), qui est pourrait être pour la biosphère ce que le GIEC est au climat. Au cours de cette même période, il a été membre du comité scientifique et Technique du Fonds Français pour l’Environnement Mondial (2007-2009) et point focal français de l’organe scientifique de la Convention sur la Diversité Biologique (2002-2009).

Sa mise à disposition par le Ministère Français des Affaires Etrangères et du Développement International au Secrétariat de la Convention sur la Diversité Biologique à Montréal s’achève cet automne.

Son expérience au niveau international est un atout incontestable pour le comité français du MAB-UNESCO, alors que la France est à nouveau membre du Conseil international de coordination – CIC du programme MAB-UNESCO sur l’Homme et la Biosphère, conseil qui se réunit en Suède en juin prochain : Didier Babin y conduira la délégation française.

Robert Barbault, auquel il succède, avait longuement œuvré pour un retour de la France au CIC, où elle n’avait plus siégé depuis longtemps. Nul doute qu’il aurait félicité cette nomination

publié le 22/05/2014

haut de la page