Participation de la Commission française pour l’UNESCO à la session plénière « Au-delà de l’eau : Diplomatie scientifique pour la prévention des conflits locaux » à l’occasion du Congrès international de la paix de Genève, 2-6 Novembre 2020

Dans le cadre du Congrès international de la paix de Genève (Geneva Peace Week), la Chaire UNESCO-SIMEV (spécialisée dans les technologies membranaires pour le traitement de l’eau), le Centre international de recherche interdisciplinaire sur les dynamiques des systèmes d’eau de Montpellier, ICIREWARD, et la Commission nationale française pour l’UNESCO représentée par Mme. Suzy Halimi, ont participé à la session plénière « Au-delà de l’eau : Diplomatie scientifique pour la prévention des conflits locaux ».

La Geneva Peace Week est un forum annuel de premier plan dans le calendrier international de consolidation de la paix réunissant tous les acteurs aussi bien gouvernementaux, non gouvernementaux que de la société civile au sein de l’Office des Nations Unies de Genève.

Intitulé « Au-delà de l’eau : la diplomatie scientifique pour la prévention de conflits locaux » l’évènement a enregistré plus de 500 personnes de la communauté internationale. Au vu de la situation sanitaire, le congrès s’est tenu entièrement en ligne.

PNG

Cette conférence a permis de mettre en lumière la façon dont les STEM (science, technologie, ingénierie et mathématique) peuvent contribuer à la prévention de conflits liés à l’eau. Les STEM peuvent être des instruments diplomatiques puissants, il est ainsi primordial de mettre ces outils entre les mains des acteurs internationaux œuvrant pour la paix.

En collaboration avec la Chaire d’hydropolitiques de l’UNESCO de l’Université de Genève, l’institut néerlandais des relations internationales CLINGENDAEL, cette session fut par ailleurs l’occasion de présenter les réponses concrètes apportées aux problématiques liées à l’accès à l’eau potable. Elle fut bâtie autour des acteurs qui participent à l’élaboration et à la réalisation de ces actions : instances de gouvernance universitaire, chercheurs et universitaires, industriels du Nord et du Sud.

Des exemples de mise en place de stations de traitement de l’eau entièrement autonomes en milieu rural et zones défavorisées ont été présentés. Ces actions furent possibles grâce à l’effort conjugué de nombreux industriels (FIRMUS France, Belectric France) et universitaires partenaires (Université de Assane Seck de Ziguinchor, Sénégal, Université Ibn Tofail de Kenitra, Maroc).

Cette conférence a permis d’engager un échange avec la communauté internationale sur la nécessité de prendre en considération les résultats scientifiques dans leurs projets et approches ; ceci afin, d’une part, de réduire les tensions et conflits liés aux ressources naturelles et aux changements climatiques, et d’autre part, de réfléchir aux bonnes pratiques, défis et succès pour viser la reproductibilité et la montée en échelle de ces actions.

Mme Suzy Halimi, membre du Conseil d’administration de la Commission française, conseillère pour l’Éducation et responsable des Chaires UNESCO françaises, a témoigné du soutien de la Commission nationale à cette manifestation à travers une intervention lors de cette session. Elle y a présenté les travaux d’excellence réalisés au Maghreb par l’une des plus anciennes et plus actives chaires du réseau français et mentionné les universités d’été.

Mme Halimi a finalement conclu en soulignant que la ville de Montpellier a récemment accueilli une autre structure UNESCO œuvrant pour une gestion durable de l’eau – un centre de catégorie 2 ICIREWARD rassemblant les pays du pourtour méditerranéen – ce qui en fait un acteur fort dans ce domaine.

Pour plus d’informations :

https://icireward-unesco.umontpellier.fr/
https://www.unesco-simev.org/
www.genevapeaceweek.ch


JPEG PNG JPEG PNG
PNG

publié le 22/01/2021

haut de la page