Patrimoine mondial de l’UNESCO - Rencontre avec le Ministre de la Culture et de l’Environnement de la Polynésie française

Au cours de la visite à Paris de la délégation polynésienne, venue présenter l’avancée de la candidature des Iles Marquises à l’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, Heremoana Maamaatuaiahutapu, ministre de la Culture et de l’Environnement de Polynésie française a été reçu à la délégation permanente de la France auprès de l’UNESCO.

Au cours de la visite à Paris de la délégation polynésienne, venue présenter l’avancée de la candidature des Iles Marquises à l’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, Heremoana Maamaatuaiahutapu, ministre de la Culture et de l’Environnement de Polynésie française a été reçu à la délégation permanente de la France auprès de l’UNESCO. Cette rencontre a été l’occasion pour le ministre de présenter à l’ambassadrice Véronique Roger-Lacan le territoire des Marquises et leurs biens culturels remarquables, dont certains témoins - ambassadeurs eux aussi - sont exposés au Musée du Quai Branly - Jacques Chirac.

La volonté de présenter un bien au titre des éléments culturels et naturels fait écho à la conception traditionnelle du monde polynésien : l’ Homme ne se distingue pas de la nature. Pour les Polynésiens, la terre et l’océan sont chacun la continuité de l’espace dans lequel ils évoluent. Ainsi, au-delà d’une biosphère insulaire exceptionnelle, c’est le mode de gestion traditionnel basé sur le Tapu (réglementations et interdits sacrés stricts), que veulent mettre en lumière sept des iles de Fenua Enata (nom marquisien de l’archipel).
JPEG
En obtenant le label de patrimoine mondial et la reconnaissance de la communauté internationale dans les prochaines années, les îles Marquises pourraient être un territoire d’exemplarité dans le Pacifique. Déjà chef de file de la protection des espèces marines, tels les requins dont la pêche est interdite, et à l’origine des aires marines éducatives - petites zone maritime de sensibilisation des jeunes publics - le gouvernement polynésien s’engage à promouvoir la cohérence des liens physiques et spirituels entre l’ Homme et son environnement. C’est notamment à ce titre que le territoire de Fakarava a été déclaré réserve de biosphère par l’ UNESCO en 1997 et que les îles Marquises présenteront prochainement une deuxième candidature au programme « l’Homme et la biosphère » de l’ UNESCO, l’étendant alors sur douze des quatorze îles.

« Au moment où la planète crie ses souffrances, il faut peut-être aussi que l’on se penche un peu plus sur des solutions pérennes, sur des solutions qui existent déjà et qu’il n’y a pas besoin de réinventer. Il suffit de regarder, ailleurs que dans les grandes capitales et les grands pays de ce monde, les solutions, qui peuvent répondre au défi du changement climatique et permettre à l’ Homme de vivre en harmonie avec l’ensemble des milieux, qui l’entourent et dont il fait partie. » - Heremoana Maamaatuaiahutapu, ministre de la Culture, de l’Environnement et en charge de l’artisanat de Polynésie française

L’échange a aussi porté sur le renforcement de la collaboration des acteurs de la culture et des sciences franco-polynésiens au sein de la communauté internationale, particulièrement autour des programmes de valorisation du patrimoine des espaces ultramarins de l’UNESCO.

publié le 18/09/2020

haut de la page