"Patrimoine mondial, patrimoine culturel immatériel : des listes, pourquoi faire ?" le 22 mars 2016

Ce débat est organisé dans le cadre du Cénacle européen du Centre Tchèque et de Cultures croisées (programme de débats de la Commission nationale française pour l’UNESCO).

PNG

Intervenants :
Bruno Favel, Directeur des Affaires internationales, Direction générale des patrimoines, ministère de la Culture et de la Communication (France)
Dita Limová, Responsable de la division UNESCO au Département des Relations internationales du Ministère de la Culture (République tchèque)
Débat animé par :
David Fajolles, Secrétaire général de la Commission nationale française pour l’UNESCO.

Depuis l’adoption de la Convention du patrimoine mondial de l’UNESCO de 1972 et une première liste en 1978, plus de mille biens culturels et naturels ont été inscrits au Patrimoine Mondial, dont près de la moitié en Europe. Autre pilier, plus récent, de la protection patrimoniale internationale, la Convention de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel fait également l’objet de candidatures expertisées, proposées par les États Parties de cette Convention et approuvées à un niveau intergouvernemental, avec l’établissement de listes.

Pour la France et la République tchèque, ce sont deux kaléidoscopes où l’on retrouve des biens aussi variés que les centres historiques de Prague et de Český Krumlov, la Villa Tugendhat à Brno, le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, la grotte Chauvet, la cathédrale d’Albi ou les climats de Bourgogne, les Pitons de la Réunion ou par exemple, pour la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l´humanité, la Chevauchée de Rois, la danse des recrues - Slovácko verbuňk, le gwoka guadeloupéen, le fest-noz breton ou la fauconnerie, inscrite à l’issue de la candidature multinationale impliquant entre autres la France et la République tchèque.

Représentativité et urgence de sauvegarde, expertise et course au palmarès, attractivité de nos territoires et coopération : quels sont aujourd’hui les enjeux de ces deux grandes Conventions internationales qui sont au cœur de l’action et de la visibilité de l’UNESCO, et nos priorités ? Pour en parler, Cultures Croisées et le Cénacle européen du Centre tchèque convient deux acteurs majeurs qui ont la charge d’articuler, pour la France et la République tchèque, Patrimoine et Relations internationales.


Lieu : 18 rue Bonaparte, 75006 Paris, France

Salle Janáček. Entrée libre

Date : 22 mars 2016 à 19:00

Organisateur : Centre tchèque

PNG

publié le 03/08/2016

haut de la page