Projet - Penser le Transhumanisme (2018-2021)

I L’OBJECTIF et La METHODOLOGIE

1) OBJECTIF
Le développement humain comme l’action de l’homme sur son environnement sont depuis bien longtemps liés à l’acquisition de connaissances, de savoirs et de pratiques qui relèvent de la science et de la technique. Toutefois, entre la taille du silex et la révolution numérique, le chemin parcouru est fait de si nombreux petits pas qu’il nous parait impossible que le « même homme » ait pu le parcourir. Et c’est précisément de cette interrogation rétrospective que naît le doute de l’homme sur son identité, sur son avenir. Nous avons conscience que la société technoscientifique a depuis la fin du XXème siècle accéléré cette trajectoire humaine et nous nous interrogeons pour savoir vers où cette accélération va nous mener.

En effet, la science et la technique ne sont plus seulement les outils de la compréhension du monde et de la construction des sociétés humaines ; elles inscrivent l’homme dans une logique qui, après l’échec des idéologies de transformation sociale, est celle de la maîtrise du vivant et, en premier lieu, de l’Homme lui-même.

Le transhumanisme est à la fois le constat de cette révolution du lien entre l’homme et la science et un mouvement, encouragé ou redouté, autour de l’idée d’amélioration humaine, entendue non plus comme une amélioration sociale mais comme une amélioration biologique et technologique.
Il suscite ainsi, comme sa médiatisation le montre, les passions, les enjeux de pouvoir, et renforce angoisse autant qu’espoir sur ce que le monde qui se construit va nous apporter.

L’Histoire a déjà connu de tels phénomènes, comme la peur de l’an 1000 ou, plus près de nous, le « bug » de l’an 2000. Les connaissant, ils nous rassurent sur l’incongruité qu’il y aurait pour l’Humanité à céder à un phénomène de « panique existentielle ».

Cependant, laisser le débat médiatique se développer à partir des seules influences que nous avons évoquées ne serait pas responsable. Il incombe à chacun d’y participer en l’éclairant de telle manière que la variété et l’évolution de ses composantes apparaissent avec clarté. Nous comprendrons alors mieux les conséquences et la complexité dans la durée de cette nouvelle révolution scientifique.
Lieu de convergences entre la communauté académique française, ses institutions et l’UNESCO, l’organisation du système des Nations-Unies chargée de porter une réflexion et un programme pour répondre aux défis éthique de la science et de la technologie, la Commission nationale française pour l’UNESCO se devait d’agir en ce sens.
Elle le fait dans une démarche volontairement tournée vers le débat public afin que le partage des savoirs et des questionnements avec nos concitoyens puisse fournir à chacun de nous et aux institutions tant nationales qu’internationales les éléments nécessaires à l’exercice éclairée d’une liberté exercée dans le respect de valeurs communes.
Faire prendre conscience, susciter des analyses, des hypothèses et en mesurer la validité à hauteur de nos connaissances et de nos arguments, donner les outils des décisions nécessaires à bâtir notre futur, poursuivre pour cela l’élaboration de valeurs sociales, tel est l’objectif auquel nous vous invitons à travailler ensemble !

2) METHODOLOGIE
Un débat démocratique ne peut qu’être un débat organisé pour permettre à ceux qui y participent de prendre conscience de la question discutée, de s’informer de ce qui permet de l’analyser, et ainsi de disposer des outils pour construire une argumentation , débattre, proposer et aboutir à des conclusions.

C’est l’exigence nécessaire au respect de la liberté et de l’égalité de chaque citoyen.
Pour cela, il doit développer une pédagogie constructive : présenter le contexte du questionnement, mettre à disposition un état des lieux, croiser les regards des disciplines, des cultures et des expériences, les illustrer en abordant concrètement différentes thématiques, aider à dégager les acquis des débats…
Cela suppose d’inscrire le projet dans la durée de façon à permettre la maturation du débat mais aussi de conclure celui-ci et d’en faire connaître les acquis : 3 ans apparaissent pour cela un temps approprié, ni trop long, ni trop court
Cela assure aussi la possibilité d’avoir un débat géographiquement ouvert en régions comme sur le monde.

II Les ACTIONS

1) Les EVENEMENTS
Ils seront organisées à Paris et en régions (Toulouse, Lille, Aix-Marseille, Strasbourg…) mais aussi à l’étranger en relation avec les commissions nationales partenaires du projet.

2019
1er trimestre Transhumanisme et complexité avec lancement du livre
Printemps 2019 : à Toulouse pour le lancement de la chaire UNESCO d’éthique des sciences
Dimension économique et industrielle du Transhumanisme
Appel à en dresser un état des lieux
Octobre 2019 : Le Transhumanisme et les cultures du monde

2020
Printemps 2020 : Une nouvelle espèce (humaine ?)
Octobre 2020 : De nouveaux droits ?

2021
Printemps 2021 : Construire la société et la démocratie du futur
Octobre 2021 : Discussion et adoption des acquis

2) Les AUDITIONS
Éventuellement couplées avec certains événements, elles ont pour but de permettre à des personnalités d’ apporter des contributions aussi bien techniques que dans le domaine des sciences sociales et de dialoguer avec un panel composé de membres du comité de pilotage et de personnes extérieures ;

3) Le SITE WEB et les publications
Une plate-forme web, gérée par la chaire UNESCO d’éthique des sciences et technologies de l’Université de Toulouse, constituera une interface interactive pour s’informer, enseigner, dialoguer et débattre.
Les publications bénéficieront du concours du Journal international de bioéthique et d’éthique des sciences

III ORGANISATION

1) ORGANISATEUR La COMMISSION NATIONALE FRANÇAISE pour l’UNESCO
En collaboration avec les Commissions nationales de Corée, des Émirats Arabes Unies, des Pays-Bas...
Et la chaire UNESCO d’éthique des sciences d’Université de Toulouse

2) PARTENAIRES
Académie des sciences
Académie des technologies
Association internationale droit, éthique et science
Conférence des présidents d’université
La MGEN
Des media des villes accueillant des événements+ deux nationaux (écrit et télévisé)

3) COMITE de PILOTAGE
Sonia Bahri
Christian Byk
Bernard Cerquiglini
Jean-François Cervel
Philippe Desgouttes
Yves Durand
Daniel Janicot
Jérémy Mercier
Alexandre Navarro
Chloé Ollivier

4) FINANCEMENT
Partenariat de la MGEN

JPEG PNG JPEG PNG

.

PNG

publié le 05/11/2018

haut de la page