Session extraordinaire du Conseil Intergouvernemental (CIG) du Programme MOST - 11 novembre 2017

PNG

La session a été officiellement ouverte par la Présidente actuelle, S. E. Mme Dato Sri’ Rohani Abdul Karim, Ministre malaisienne de la condition féminine, de la famille et du développement local.

Pour porter les efforts déployés en 2015-2017 plus avant, le renouvellement de la candidature de la Malaisie à la présidence du Conseil intergouvernemental pour le mandat 2017-201 a été approuvée par acclamation. Le Secrétariat a félicité la Malaisie pour son élection à la présidence du Bureau pour le mandat 2017-2019. La France, à l’instar d’autres représentants des États Membres présents dans la salle, s’est félicité de cette réélection.

À l’issue d’une brève intervention de S. E. Mme Klara Novotna, Ambassadrice et Déléguée permanente de la Slovaquie auprès de l’UNESCO, la Slovaquie a été élue Rapporteur par acclamation.

Les vice-présidents ont ensuite été élus selon l’ordre des groupes électoraux.
La France, avec l’accord unanime du Groupe I, a présenté sa candidature. Elle a été élue par acclamation.
L’Argentine (Groupe III)a été élue par acclamation.
L’Éthiopie (Groupe V(a)) a présenté sa candidature et a été élue par acclamation.
Enfin, l’Arabie saoudite (Groupe V(b)) a présenté sa candidature et a été élue par acclamation.

Le nouveau Bureau élu dans son intégralité pour un mandat de deux ans qui courrait jusqu’au renouvellement partiel du CIG en novembre 2019.

Mme Dato Sri’ Rohani Abdul Karim, la Présidente a félicité les nouveaux membres du Bureau pour leur élection et a dit compter sur une coopération étroite avec tous les membres du CIG, le Secrétariat du MOST et les principales parties prenantes en vue de renforcer et d’achever le travail commencé en 2015-2017, afin d’exécuter le Programme MOST dans le cadre de l’important Programme 2030 et de ses ODD. La France, à l’instar d’autres représentants des États Membres présents dans la salle s’est félicité de cette réélection.

La Présidente a souligné la nécessité de mobiliser davantage les sciences sociales et humaines par le biais du Programme MOST pour aider plus efficacement les États membres dans le cadre de l’élaboration et de la mise en œuvre de politiques publiques adaptées au contexte au service du développement social. De plus, elle a été d’avis que, pour appuyer les transformations sociales en vue d’un développement durable inclusif, le Programme MOST devait collaborer avec les producteurs de connaissances afin d’enrichir la base de connaissances en sciences humaines et sociales, organiser des forums intergouvernementaux axés sur la connaissance et déployer les connaissances au moyen de politiques bien conçues.

JPEG PNG JPEG PNG

.

PNG

publié le 12/01/2018

haut de la page