Sites préhistoriques et grottes ornées de la vallée de la Vézère (1979)

Le site préhistorique de la vallée de la Vézère comporte 147 gisements remontant jusqu’au paléolithique et 25 grottes ornées. Il présente un intérêt exceptionnel d’un point de vue ethnologique, anthropologique et esthétique avec ses peintures pariétales, en particulier celles de la grotte de Lascaux dont la découverte (en 1940) a marqué une date dans l’histoire de l’art préhistorique. Ses scènes de chasse habilement composées comprennent une centaine de figures animales, étonnantes par la précision de l’observation, la richesse des coloris et la vivacité du rendu.

Sites préhistoriques et grottes ornées de la vallée de la Vézère
Sites préhistoriques et grottes ornées de la vallée de la Vézère
Sites préhistoriques et grottes ornées de la vallée de la Vézère
Sites préhistoriques et grottes ornées de la vallée de la Vézère
Sites préhistoriques et grottes ornées de la vallée de la Vézère
Sites préhistoriques et grottes ornées de la vallée de la Vézère
Sites préhistoriques et grottes ornées de la vallée de la Vézère
Sites préhistoriques et grottes ornées de la vallée de la Vézère

Les objets et les œuvres d’art découverts dans la vallée de la Vézère offrent un témoignage extrêmement rare de civilisations disparues depuis longtemps, et dont l’abord ne nous est pas facile. Cet ensemble présente un intérêt universel sur les plans historique, ethnologique, anthropologique et esthétique. Certains ensembles figurés des grottes de la Vézère sont mondialement reconnus comme des chefs-d’œuvre de l’art préhistorique : la Vénus de Laussel (Marquay), la frise de chevaux en haut relief du Cap-Blanc et plus particulièrement les célèbres peintures murales de la grotte de Lascaux.

La vallée de la Vézère est particulièrement intéressante d’un point de vue ethnologique, anthropologique et esthétique du fait de ses peintures rupestres, notamment celles de Lascaux dont la découverte, en 1940, a été déterminante pour l’histoire de l’art préhistorique. Les scènes de chasse figurent quelque 100 animaux remarquables par la finesse de leurs détails, la richesse de leur couleur et leur caractère extrêmement réaliste.

Le site préhistorique, qui couvre une aire de l’ordre de 30 x 40 km, comporte 147 sites et 25 grottes décorées. Outre des squelettes, la découverte d’une importante série d’objets (plus de 500 000 silex, 148 portoirs OK ?de faune, 844 instruments et œuvres d’art de différentes sortes) a permis d’établir un cadre chronologique pour les civilisations préhistoriques du quaternaire en Europe. Aucun autre site préhistorique, dans le monde entier, ne peut lui être comparé en quantité, en qualité et en diversité des témoignages.

Lascaux est beaucoup plus intéressante que d’autres grottes de France et d’Espagne, y compris celles des Trois-Frères, de Niaux, d’Altamira, de Font-de-Gaume et des Combarelles, parce que le site est beaucoup plus étendu et les objets bien mieux conservés. Les parois de la grotte de Lascaux sont couvertes d’animaux peints dessinés et gravés sur la pierre à une hauteur importante. Les chercheurs pensent que le niveau du sol s’est creusé progressivement depuis 17 000 ans, si bien que les peintures rupestres étaient alors beaucoup plus accessibles. Lorsque Breuil pénétra dans la grotte, il découvrit la présence d’une très épaisse couche de cristaux de calcite sur laquelle certaines des peintures les mieux conservées étaient peintes. Toutes ces peintures se sont conservées pendant des milliers d’année sans s’abîmer ni disparaître, grâce au renouvellement naturel de l’air dans la grotte.

Différentes espèces d’animaux y sont représentées : taureaux, bisons et chevaux. Aux côtés de ces représentations, qui étaient destinées à favoriser la chasse, on note quelques représentations humaines ou semi-humaines. Les figures humaines ne sont pas aussi soigneusement exécutées que celles des animaux.

publié le 09/07/2014

haut de la page