Symposium International « MANGER EN VILLE » - Chaire UNESCO Alimentations du monde

PNG© : Chaire- Unesco

La Chaire Unesco Alimentations du monde de Montpellier
SupAgro et du Cirad, l’UMR Moisa, l’Observatoire CNIEL des Habitudes Alimentaires (OCHA), le
Centre Edgar Morin de l’Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain (IIAC) organisent un symposium international "Manger en ville" les 4,5 et 6 décembre 2017 à Paris.

Regards socio-anthropologiques sur les styles alimentaires urbains en Afrique, Amérique latine et Asie
Paris, OCHA, 4 & 5 décembre 2017

Dans 15 ans, les villes d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie représenteront près de la
moitié de la population mondiale et plus de 80 % de la population urbaine. Que
mangeront-elles ? Leur alimentation aura-t-elle convergé vers un modèle dit « occidental » à l’issue d’une « transition nutritionnelle » vers des régimes plus riches en produits animaux, en graisses, en sucres et en produits transformés favorisant l’obésité et autres maladies ? Les produits locaux auront-ils disparu ou se seront-ils standardisés sous l’effet de l’industrialisation de la transformation et du développement des supermarchés ?
Aux échelles fines d’observation des consommations, des pratiques et des représentations, les approches socio-anthropologiques invitent souvent à des visions plus nuancées qui révèlent les capacités d’appropriation, de détournement et d’inventions soumises à des influences externes.
Elles révèlent une pluralité de trajectoires dans les changements alimentaires.
Ces deux premiers jours, ouverts à un public scientifique sur inscription, mettront en discussion les résultats d’enquêtes de terrain dans les villes africaines, asiatiques et latino-américaines menées par des socio-anthropologues de ces villes ayant répondu à un appel à communication. Le symposium est ouvert à d’autres chercheurs de ces disciplines sur demande.

Défiance durable ?
Paris, Unesco, 6 décembre 2017
Dans de nombreux pays, la question de la confiance et de la défiance a pris une acuité considérable : on note un déclin sinon un effondrement de la confiance consentie au politique et à l’État, aux media, aux institutions en général, aux grandes entreprises et à leurs marques. Or en matière d’alimentation, la méfiance est ancienne et même inhérente à la condition d’omnivore. En outre, diverses crises de sécurité sanitaire se sont succédé depuis les années soixante-dix, aggravant cette méfiance, au point de la transformer en défiance. La charge de la preuve est comme inversée : il convient de se méfier a priori, jusqu’à preuve du contraire.
Dans la perception des consommateurs, l’agriculture intensive et l’alimentation de masse sont pointées comme responsables d’une perte de sens du manger. Dans le contexte récent, d’autres dimensions se sont ajoutées à ces perceptions. C’est d’abord la montée des périls écologiques : pollutions, climat, atteintes à la biodiversité, épuisement des ressources, bactéries multirésistantes, etc. C’est aussi la question du rapport homme-animal, dont l’émergence en France est plus tardive qu’ailleurs mais d’autant plus aiguë. Dès lors, peut-il y avoir une alimentation
durable avec une telle tendance à la défiance ?
Cette journée sera ouverte à tout public, sur inscription. Elle se déroulera en deux temps : le matin sera présentée une synthèse des deux journées de la veille avec des présentations sur la façon dont la défiance se manifeste dans les pays nouvellement industrialisés. L’après-midi ouvrira la discussion, de la nutrition au politique, du symbolique à l’écologique, et proposera une première approche interdisciplinaire de cette dévorante défiance.

Prenez date :
Paris, 06 décembre 2017
Siège de l’Unesco, 125 Avenue de Suffren

Inscriptions ouvertes début octobre sur :
www.chaireunesco-adm.com
www.lemangeur-ocha.com

Renseignements : mangerenville@cirad.fr
Plus d’informations sur :
https://chaire-diversite-alimentair...

JPEG PNG JPEG PNG

.

PNG

publié le 16/11/2017

haut de la page