Table-ronde « Qu’est-ce qui nous rend humain ? »

À l’initiative de la Commission Française pour l’UNESCO, et conjointement organisée avec le Programme pour la Gestion des transformations sociales (MOST) de l’UNESCO, une table ronde relative aux perspectives philosophiques de l’intelligence artificielle s’est tenue ce jeudi 21 novembre, à l’occasion de la Journée mondiale de la philosophie.

Cette rencontre a porté sur le thème « Qu’est-ce qui nous rend humain ? » et a été modérée par Monsieur John Crowley, Chef de Section pour la recherche, la politique et la prospective à l’UNESCO et Monsieur Christian Byk, Président du Comité intergouvernemental de Bioéthique.

Réunie au sein du siège de l’UNESCO à Paris, la table ronde a été ouverte par Madame Nada Al-Nashif, Sous-Directrice générale pour les sciences sociales et humaines à l’UNESCO. Madame Al-Nashif a notamment rappelé l’engagement pris par l’UNESCO en matière d’intelligence artificielle, par lequel l’organisation impulse et promeut la mise en œuvre d’un processus multidisciplinaire et ouvert, faisant appel à toutes les compétences et à tous les acteurs.

En apportant des éclairages précis sur les notions entourant l’intelligence artificielle, les invités ont permis de mieux définir des concepts clés : l’intelligence artificielle en elle-même, mais également l’âme, la conscience, les nouvelles technologies, l’humanité.

Par cela et faisant appel à des références philosophiques et anthropologiques contemporaines, il a été possible d’éclairer le débat relatif à ce qui distingue l’être humain de l’être artificiel, mais également au mouvement de convergence qui se dessine entre les capacités de l’homme et celles de la machine.

En reliant ces réflexions aux évolutions actuelles, les interventions de chaque participant ont été l’occasion d’apporter des réponses à des interrogations, mais aussi de faire émerger de nouveaux questionnements autour de ce qui construit, déconstruit et reconstruit l’identité humaine : quels sont les déterminants constitutifs de la présomption d’humanité ? Quels sont les impacts des nouvelles technologies sur les civilisations humaines ? Comment garantir à tous l’accès à ces nouveaux outils, tout en encadrant leur utilisation ? Jusqu’où est-il possible voire souhaitable d’aller dans l’humanisation de l’être artificiel ?

La tenue de cette table ronde a permis d’enrichir un débat qui figure au cœur des enjeux de la société et des priorités de l’UNESCO. Aux côtés des intervenants présents lors de cette rencontre et au travers d’autres partenariats, la Commission française pour l’UNESCO poursuit ses réflexions sur le transhumanisme.

PNG
PNG


JPEG PNG JPEG PNG
PNG

publié le 26/11/2019

haut de la page